Œuvres complètes de Pierre Augustin Caron de Beaumarchais: Thé âtre

Front Cover
L. Collin, 1809
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 413 - C'est lui-même, Monseigneur. Le Comte. Maraud ! si tu dis un mot. . . Figaro. Oui, je vous reconnais ; voilà les bontés familières dont vous m'avez toujours honoré.
Page 416 - Je me crus trop heureux d'en être oublié, persuadé qu'un grand nous fait assez de bien quand il ne nous fait pas de mal.
Page 458 - La calomnie, Monsieur? Vous ne savez guère ce que vous dédaignez,;. j'ai vu les plus honnêtes gens près d'en être accablés. Croyez qu'il n'ya pas de plate méchanceté, pas d'horreurs , pas de conte absurde qu'on ne fasse adopter aux oisifs d'une grande ville en s'y prenant- bien j et nous avons ici des gens d'une adresse!...
Page 21 - Si le rire bruyant est ennemi de la réflexion, l'attendrissement, au contraire, est silencieux ; il nous recueille, il nous isole de tout. Celui qui pleure au Spectacle est seul; et plus il le sent, plus il pleure avec délices, et surtout dans les pièces du genre honnête et sérieux, qui remuent le cœur par des moyens si vrais, si naturels.
Page 36 - Ses personnages doivent toujours y paraître sous un tel aspect, qu'ils aient à peine besoin de parler pour intéresser. Sa véritable éloquence est celle des situations, et le seul coloris qui lui soit permis est le langage vif, pressé, coupé, tumultueux et vrai des passions, si éloigné du compas de la césure et de l'affectation de la rime, que tous les soins du poète ne peuvent empêcher d'apercevoir dans son drame s'il est en vers.
Page 459 - ... vous voyez calomnie se dresser, siffler, s'enfler, grandir à vue d'œil ; elle s'élance, étend son vol, tourbillonne, enveloppe, arrache, entraîne, éclate et tonne, et devient, grâce au Ciel, un cri général, un crescendo public , un chorus universel de haine et de proscription.
Page 510 - FIGARO Ma foi, monsieur, les hommes n'ayant guère à choisir qu'entre la sottise et la folie, où je ne vois point de profit je veux au moins du plaisir; et vive la joie! Qui sait si le monde durera encore trois semaines...
Page 21 - ... proposé. Nous le voyons arriver dans la plupart des Pièces comiques; à la honte de la Morale, le Spectateur se surprend trop souvent à s'intéresser pour le fripon contre l'honnête homme, parce que celui-ci est toujours le moins plaisant des deux. Mais, si la gaieté des Scènes a pu m'entraîner un moment, bientôt, humilié de m'être laissé prendre au piège des bons mots ou du jeu théâtral, je me retire mécontent de l'Auteur, de l'Ouvrage et de moi-même. La moralité du genre plaisant...
Page 417 - J'ai cru que c'était elle... Dis toujours, je t'entends de reste. FIGARO. De retour à Madrid, je voulus essayer de nouveau mes talents littéraires ; et le théâtre me parut un champ d'honneur... LE COMTE. , Ah, miséricorde! FIGARO. (Pendant sa réplique, le Comte regarde avec attention du côté de la jalousie...
Page 418 - FIGARO On a vingt-quatre ans au théâtre ; la vie est trop courte pour user un pareil ressentiment. LE COMTE Ta joyeuse colère me réjouit.

Bibliographic information