uvres compltes de Rollin, 2

F. Didot, 1821
 

 - 

.

-

439 - C'est le lien de la vie civile, la clef des sciences, l'organe de la vrit et de la raison. Par elle on btit les villes et on les police; on instruit; on persuade; on rgne dans les assembles; on s'acquitte du premier de tous les devoirs, qui est de louer les dieux.
84 - ... sicle , et ne parlant jamais de l'abondance de ses richesses et de la magnificence de son palais qu'avec des termes et des sentiments d'admiration et d'extase , parce qu'ils savaient que c'tait l un moyen sr de lui plaire et d'avoir ses bonnes graces : car la flatterie n'est autre chose qu'un commerce de mensonge , fond d'un ct sur l'intrt, et de l'autre sur la vanit. Le flatteur veut s'avancer, et faire fortune: le prince veut tre lou et admir, parce qu'il est son premier...
439 - C'est la mre de tous les dbats, la nourrice des procs, la source des divisions et des guerres. Si l'on dit qu'elle est l'organe de la vrit, c'est aussi celui de l'erreur, et, qui pis est, de la calomnie. Par elle on dtruit les villes, on persuade de mchantes choses. Si d'un ct elle loue les dieux, de l'autre elle profre des blasphmes contre leur puissance.
49 - Nbucadnetsar avait vu une grande statue, dont la tte tait d'or, la poitrine et les bras d'argent, le ventre et les cuisses d'airain, les jambes de fer...
290 - ... le secret de battre l'or, et de dorer par des couches lgres le bois et les autres matires ; 3 de jeter en fonte les mtaux d'airain, d'argent, d'or; d'en faire toutes sortes de figures, en imitant parfaitement la nature; d'exprimer les diffrents objets , et d'en faire toutes sortes d'ornements et de vaisseaux ; 4...
99 - Astyage, son grand-pre, qui tout le bien qu'il entendait dire de ce jeune prince, avait donn une grande envie de le voir. Il trouva dans cette cour des murs bien diffrentes de celles de son pays. Le faste, le luxe, la magnificence y regnaient partout.
196 - du ciel m'a donn tous les royaumes de la terre, et m'a command de lui btir une maison dans la ville de Jrusalem , qui est en Jude.
54 - N'est-ce pas l cette grande Babylone, dont j'ai fait le sige de mon royaume et que j'ai btie dans la grandeur de ma puissance et dans l'clat de ma gloire...
182 - Son grand talent tait d'tudier le caractre des hommes , afin de marquer chaque personne sa place; de donner de l'autorit proportion du mrite ; de faire concourir le bien particulier au bien public, et de conduire tout l'tat par un mouvement si rgl, que tout se lit et s'entretnt, et que la force des uns ne ft employe que pour l'utilit des autres.
390 - Grce ait eu des lois crites. Il en publia dont l'extrme rigueur , favorable par avance la doctrine des stociens , punissait de mort la plus lgre faute comme le plus norme forfait. Les lois de Dracon , crites , selon Dmade 1 , non avec de l'encre, mais avec du sang, eurent le sort des choses violentes.