Œuvres complétes de Regnard: avec des avertissements et des remarques sur chaque piéce

Front Cover
Chez Le Févre, 1810
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 199 - Qu'on ose des fureurs avouer la plus noire? Vous pensez qu'approuvant vos desseins odieux, Je vous laisse immoler votre fille à mes yeux ? Que ma foi, mon amour, mon honneur y consente
Page 92 - Quoiqu'un cruel destin, à nos désirs contraire, Épuise contre nous les traits de sa colère, Nos soins ne seront pas infructueux et vains: Quarante mille écus, que je tiens dans mes mains, Triste et fatal débris d'un malheureux naufrage, Seront mis, si je veux, à l'abri de l'orage. Voilà tous bons billets que j'ai trouvés sur lui. CRISPIN, voulant prendre les billets. Souffrez que je p'artage avec vous votre ennui : Ce petit lénitif, en attendant le reste, Pourra nous consoler d'un coup...
Page 29 - Non, je ne comprends pas de plus charmant plaisir Que de voir d'héritiers une troupe affligée, Le maintien interdit et la mine allongée, Lire un long testament où, pâles, étonnés, On leur laisse un bonsoir avec un pied de nez: Pour voir au naturel leur tristesse profonde, Je reviendrais, je crois, exprès de l'autre monde.
Page 127 - Eh ! parbleu, vous rêvez, monsieur; c'est pour le faire Que j'ai besoin ici de votre ministère. M. SCRUPULE. Je ne rêve , monsieur, en aucune façon ; Vous nous l'avez dicté plein de sens et raison.
Page 380 - O vous qui, possédant tous les trésors du Tage, Vous laissez consumer et de soif et de faim, Plutôt que d'y porter une coupable main? Oronte, pâle, étique, et presque diaphane Par les jeûnes cruels auxquels il se condamne, Tombe malade enfin; déjà de toutes parts Le joyeux héritier promène ses regards, D'un ample coffre-fort contemple la figure, En perce de ses yeux les ais et la serrure. Un nouvel Esculape en cette extrémité, Au malade aux abois assure la santé, S'il veut prendre un...
Page 407 - Horace. Peut-être ignores-tu dans quel coin reculé J'habite dans Paris , citoyen exilé , Et me cache aux regards du profane vulgaire ? Si tu le veux savoir , je vais te satisfaire. Au bout de cette rue .où ce grand cardinal , Ce prêtre conquérant , ce prélat amiral , Laissa pour monument une triste fontaine, Qui fait dire au passant , que cet homme , en sa haine , Qui du trône ébranlé soutint tout le fardeau , Sut répandre le sang plus largement que l'eau , S'élève une maison modeste...
Page 136 - Oui , je vous le promets , monsieur , à deux genoux , Jusqu'au dernier soupir, je prierai Dieu pour vous. Voilà ce qui s'appelle un vraiment honnête homme ! Si généreusement me laisser cette somme ! GÉRONTE.
Page 432 - Et livroit avec joie à ses nobles fureurs Un tas infortuné d'insipides auteurs; Mais je n'ai pu souffrir qu'une indiscrète veine Le forçât , vieux athlète , à rentrer dans l'arène , Et que , laissant en paix tant de mauvais écrits, Nouveau prédicateur, il vînt...
Page 131 - Quoique de corps malade , ayant sain jugement ; « Lequel . après avoir réfléchi mûrement « Que tout est ici-bas fragile et transitoire... CRISPIN. Ah! quel cœur de rocher, et quelle âme assez noire Ne se fendroit en quatre, en entendant ces mots?
Page 162 - Pour moi, j'étois dans le parterre à la première représentation : il ne m'en a jamais tant coûté pour voir une mauvaise comédie ; une moitié de mon justaucorps fut emportée par la foule, et j'eus bien de la peine à sauver l'autre au milieu des...

Bibliographic information