Œuvres de P. Corneille: Agésilas. Attila, roi des Huns. Tite et Bérénice. Psyché. Pulchérie. Suréna, général des Parthes

Front Cover
L. Hachette et Cie, 1862
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 101 - On comprendrait mieux que Corneille eût effectivement pris le change sur le passage suivant de la neuvième satire, où la critique est plus indirecte et mieux déguisée : Tous les jours à la cour un sot de qualité Peut juger de travers avec impunité; A Malherbe, a Racan, préférer Théophile, Et le clinquant du Tasse à tout l'or de Virgile.
Page 315 - se contraindre : Je veux, je veux garder ma douleur à jamais; 715 Je veux sentir toujours la perte que je fais ; De la rigueur du ciel je veux toujours me plaindre; Je veux jusqu'au trépas incessamment pleurer Ce que tout l'univers ne peut me réparer. PSYCHÉ. Ah ! de grâce, Seigneur, épargnez ma foiblesse
Page 474 - Qu'il me fasse à longs traits goûter son amertume ; Je veux, sans que la mort ose me secourir, Toujours aimer, toujours souffrir, toujours mourir. Mais pardonneriez-vous l'aveu d'une foiblesse A cette douloureuse et fatale tendresse ? a 7 o Vous pourriez-vous, Seigneur, résoudre à soulager Un malheur si pressant par un bonheur léger?
Page 186 - mais le frein qu'elle-même cesse, fort touchée des choses d'esprit et qui eût pu les mettre à la mode dans un pays barbare, eut besoin de beaucoup d'adresse pour faire trouver les deux combattants sur le champ de bataille, sans qu'ils sussent où on les menoil. Mais à qui demeura la victoire? Au plus jeune.
Page 328 - L'AMOUR. Quel besoin de secours au milieu d'un empire 1040 Où tout ce qui respire N'attend que vos regards pour en prendre la loi, Où vous n'avez à craindre autre monstre que moi ? PSYCHÉ. Qu'un monstre tel que vous inspire peu de crainte ! Et que, s'il a quelque poison,
Page 326 - Laissons cela, Zéphire, et me dis si tes yeux Ne trouvent pas Psyché la plus belle du monde. Est-il rien sur la terre, est-il rien dans les cieux Qui puisse lui ravir le titre glorieux 985 De beauté sans seconde? Mais je la vois, mon cher Zéphire, Qui demeure surprise à l'éclat de ces lieux.
Page 364 - VI. JUPITER, VÉNUS, L'AMOUR, PSYCHÉ. L'AMOUR. Vous à qui seul tout est possible, Père des Dieux, souverain des mortels, '970 Fléchissez la rigueur d'une mère inflexible, Qui sans moi n'auroit point d'autels. J'ai pleuré, j'ai prié, je soupire, menace, Et perds menaces et soupirs. Elle ne veut pas voir que de mes déplaisirs 19 7
Page 307 - 490 Qui n'ait soupiré que pour elle. AGLAURK. Il me semble, sans nul courroux, Qu'avant que de vous en défendre, Princes, vous deviez bien attendre Qu'on se fût expliqué sur vous. 4g5 Nous croyez-vous un cœur si facile et si tendre? Et lorsqu'on parle ici de vous donner à nous, Savez-vous si l'on veut vous prendre
Page 287 - M. de Molière' a dressé le plan de la pièce et réglé la disposition, où il s'est plus attaché aux beautés et à la pompe du spectacle qu'à l'exacte régularité. Quant à la versification, il n'a pas eu le loisir de la faire entière. Le carnaval approétaient ainsi distribués : Jupiter, Chéri; Vénus, Mlle Devoyod;
Page 305 - de l'âme la plus fière, 435 Et vous me le parez tous deux d'une manière Qu'on ne peut rien offrir qui soit plus précieux. Vos feux, votre amitié, votre vertu suprême, Tout me relève en vous l'offre de votre foi ; Et j'y vois un mérite à s'opposer lui-même

Bibliographic information