Oeuvres de Voltaire, Volume 51

Front Cover
Lefèvre (dl. I-LXX) - 72 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 337 - profite, que les lettres sont trop peu accueillies aujourd'hui. Je dis qu'à la cour on fait quelquefois des critiques absurdes : Tous les jours à la cour un sot de qualité Peut juger de travers avec impunité. BOILEAU, sat. ix, v. 173. Qui ne fait que des critiques générales n'offense Personne. La Bruyère a dit cent fois pis, et n'en a
Page 55 - sur celui de vos aïeux auquel vous ressemblez le plus; et la troisième, de considérer que j'ai l'honneur de vous écrire une lettre où le mot de souscription ne se trouve point. Je suis avec un profond respect, monseigneur, de votre altesse royale, le très humble et très pauvre secrétaire des niaiseries, VOLTAIRE.
Page 147 - Vous m'envoyez un mandement, Recevez une tragédie, Afin que mutuellement Nous nous donnions la comédie. Ah! ma chère présidente, qu'avec tout cela je suis quelquefois de mauvaise humeur de me trouver seul dans ma chambre, et de sentir que vous êtes à trente lieues de moi ! Vous devez être dans le pays de Cocagne. M. l'abbé
Page 191 - de représenter l'ouvrage. J'étais extrêmement jeune; je crus qu'ils avaient raison : je gâtai ma pièce, pour leur plaire, en affadissant par des sentiments de tendresse un sujet qui le comporte si peu. Quand on vit un peu d'amour, on fut moins mécontent de moi ; mais on ne voulut point du tout de cette grande scène entre Jocaste et Œdipe:
Page 263 - temps, si vous en exceptez M. Racine. Je regarde ces deux grands hommes comme les seuls qui aient eu un Pinceau correct, qui aient toujours employé des couleurs vives, et copié fidèlement la nature. Ce qui m'a toujours charmé dans leur style, c'est qu'ils ont dit c e qu'ils voulaient dire, et que jamais leurs pensées
Page 332 - J'évite avec soin d'entrer dans les calculs. Je me regarde comme un homme qui arrange ses affaires, sans chiffrer avec son intendant. Il n'ya qu'une Lettre touchant M. Locke. La seule matière philosophique •que j'y traite est la petite bagatelle de l'immatérialité de l'âme; mais la chose est trop de conséquence pour la traiter sérieusement
Page 352 - pièce à laquelle je travaille à présent. C'est un sujet tout français, et tout de mon invention, où j'ai fourré le plus que j'ai pu d'amour, de jalousie, de fureur, de bienséance, de probité, et de grandeur d'âme. J'ai imaginé un sire de Couci, qui est un très digne homme, comme on n'en voit guère à
Page 223 - la poésie du style qui fasse la perfection des ouvrages en vers. M. de Campistron l'a toujours trop négligée; il n'a imité le coloris de M. Racine que d'un pinceau timide; il manque à cet auteur, d'ailleurs Judicieux et tendre, ces beautés de détail, ces expressions heureuses, qui sont l'âme de la poésie, et font le
Page 152 - presse, un tumulte épouvantable. Je me garderai bien, dans ces premiers jours de confusion, de me faire présenter à la reine ; j'attendrai que la foule soit écoulée, et que sa majesté soit un peu revenue de l'étourdissement que tout ce sabbat doit lui causer. Alors je tâcherai de faire jouer Œdipe et
Page 46 - que naquirent Mille vaudevilles malins Que les Amours à rire enclins Dans leurs sottisiers recueillirent, Et que j'ai vus entre leurs mains. Ah ! que j'aime ces vers badins, Ces riens naïfs et pleins de grâce Tels que l'ingénieux Horace En eût fait l'âme d'un repas, Lorsqu'à table il tenait sa place Avec Auguste et Mécénas.

Bibliographic information