Histoire de russie depuis Rurik jusquʼà Alexandre I. Pavlovitsch

Front Cover
Печатано в тип. Ө. Дрехслера, 1811 - Russia - 203 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Popular passages

Page 18 - ... plusieurs années, il se ressouvint de cet animal, et apprit, du plus ancien de ses écuyers, qu'il était mort depuis long-temps. Triomphant alors de l'ignorance des devins, il se fit conduire dans la campagne, à l'endroit où étaient les os de cet animal qu'on lui avait peint si redoutable; il ne put, en le voyant, retenir un éclat de rire. « Voilà donc, dit-il, cc celui qui doit m'ôter la vie!
Page 154 - Dannemarckparla grandeur doses pré paratifs, elle causa même de l'inquiétude à l'Angleterre, qui envoya une flotte dans la mer Baltique. Mais elle ne vécut pas assez long-temps pour exécuter son dessein , et il ne fut pas suivi après sa mort. Animée de l'esprit de son époux, ou plutôt gouvernée par Menchikof, elle ne négligea pas ce qui pouvait augmenter autour d'elle l'émulai ipn , et donner plus d'éclat à son empire.
Page 78 - Russes, animés par l'exemple de leur prince, font balancer la victoire. Georges se précipite à travers les dangers, ses soldats le suivent , et la vue de leur Souverain semble les rendre invincibles : mais il tombe sous les coups des ennemis: dès -lors rien ne résiste aux vainqueurs. Les Russes ne pensent plus à défendre leur vie: la plupart cherchent à la sauver par la fuite ; ils ne la perdent pas moins, et la perdent ^sans honneur. Les Tatars n'avaient sans doute aucun dessein de conserver...
Page 186 - ... ni tenter une retraite , ni combattre avec quelque espérance de succès. Il reçut la loi de Roumiantsof , qui lui imposa la paix. Les conditions furentles mêmes qui avaient été proposées au congrès deBoukharest. La Russie pouvait ajouter à leur rigueur ; mais elle voulait rendre la paix plus solide , en n'abusant pas de ses avantages. Elle obtint la navigation libre sur toutes les mers dominées par le Turc , et le passage des Dardanelles , avec avec tous les privilèges et toutes les...
Page 18 - ... attaques que par de riches présens. Un faible reptile le mordit à la jambe et lui donna la mort. Oleg avait un cheval qu'il aimait et qu'il montait souvent; mais les devins lui ayant prédit que ce cheval serait la cause de sa mort, il le fit éloigner, et ordonna de le nourrir avec grand soin. C'était avant son expédition de Constantinople. Enfin, après plusieurs années, il se ressouvint de cet animal, et apprit, du plus ancien de ses écuyers, qu'il était mort depuis long-temps. Triomphant...
Page 150 - On compta sur le champ de bataille et dans les redoutes plus de neuf mille deux 1 7o9. cents morts du côté des ennemis , sans y comprendre ceux qui furent tués dans les bois ou qui moururent ensuite de leurs blessures '. Les Russes perdirent moins de quatorze cents hommes et n'eurent guère plus de trois mille blessés. Pierre montra les qualités d'un grand général , le courage , le sang-froid et l'esprit de ressource. Il se transportait partout où sa présence était nécessaire.
Page 16 - Obkhold et Dir, sur ce qu'une indisposition ne lui permet pas de se transporter auprès d'eux: il les fait prier, comme amis et comme issus de la même race , de venir conférer avec lui. Ces princes n'ont aucune défiance ; et, croyant ne devoir attendre que des témoignages d'amitié, à peine daignent -ils se faire accompagner de quelques hommes. Mais dès qu'ils arrivent, ils se voient entourés des soldats du perfide Oleg, qui...
Page 100 - Volodimer toPis«ti. continua de faire sa résidence à Moskou, embelli par ses soins et par ceux de son père. Cette ville, étant à-la-fois la résidence du Grand -prince et du chef de la religion, continua de s'agrandir, et fut enfin reconnue généralement pour la capitale de la Russie. Ivan avait promis à Usbek de chercher tous les moyens d'exterminer Alexandre.
Page 16 - ... entreprises. Arrivé près des murs, il ne juge point à propos d'en risquer l'attaque et craint de confier au sort capricieux des armes le succès d'un dessein que pouvait mieux assurer un lâche attentat. Il laisse derrière lui la plus grande partie de ses troupes, cache le reste dans les barques qui le conduisent ; cèle son nom et sa qualité, et se fait passer pour un simple marchand qu'Oleg et Igor envoient négocier à Constantinople. Cette...

Bibliographic information