A Grammar of the French Language: With Practical Exercises

Front Cover
Richardson & Lord, 1824 - French language - 482 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents


Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page ii - Independence of the United States of America, Richardson & Lord, of the said District, have deposited in this Office the Title of a Book, the right whereof they claim as Proprietors, in the words following, to wit : A Grammar of the French Language, with Practical Exercises, by N. Wanostrocht, LL. D.
Page 471 - le tour vicieux ; Mon esprit n'admet point un pompeux barbarisme, Ni d'un vers ampoulé l'orgueilleux solécisme. Sans la langue, en un mot, l'auteur le plus divin, Est toujours, quoiqu'il fasse, un méchant écrivain. DE L'ARRANGEMENT DES VERS ENTR'EUX. Le nombre des syllabes est arbitraire dans
Page 468 - mot qui finit par un son nasal, et le mot qui commence par une voyelle ; comme dans ce vers de l'Athalie de Racine : Celui qui met un frein à la fureur des flots, Sait aussi des méchans arrêter les complots.
Page 463 - masculine. La première est celle des vers qui se terminent par un e muet, soit seul, soit suivi d'une s ou d'nf. Travaillez à loisir, quelque ordre qui vous presse, Et ne vous piquez point d'une folle vitesse. Il veut les rappeler, et sa voix les effraie ; Ils courent ; tout son corps n'est bientôt qu'une plaie. Dans
Page 71 - of The first. The second. The third. The fourth. The fifth. The sixth. The seventh. The eighth. The ninth. The tenth. The eleventh. The twelfth. The thirteenth. The fourteenth. The fifteenth. The sixteenth* The seventeenth. The eighteenth. The nineteenth. The twentieth. The twenty-first. The twenty-second,
Page 470 - quelque audacieux embrasse sa querelle, Qu'à la fureur du glaive on le livre avec elle. Souvent d'un faux espoir un amant est nourri. Les Dieux m'en sont témoins, ces Dieux qui dans mon flanc Ont allumé le feu fatal à tout mon sang, Ces Dieux qui se sont fait une gloire cruelle De séduire le cœur d'une foible mortelle.
Page 482 - comme corsaires, Pour mériter de pareils protecteurs, Ou pour trouver de pareils adversaires. DU MADRIGAL. Le Madrigal plus simple, et plus noble en son tour, Respire la douceur, la tendresse et l'amour.—Boileau. Ce petit poème ne diffère que par-là de l'Epigratnme, dont la pointe est souvent aiguisée par la satyre. Exemple : L'autre jour l'enfant de
Page 471 - qu'en vos écrits la langue révérée, Dans vos plus grands excès vous soit toujours sacrée ; Envain vous me frappez d'un son mélodieux, Si le terme est impropre on le tour vicieux ; Mon esprit n'admet point un pompeux barbarisme, Ni d'un vers ampoulé l'orgueilleux solécisme. Sans
Page 482 - qui en est l'âme. C'est pourquoi le nombre n'en est pas déterminé, non plus que la mesure et le mélange des rimes. Exemple : Ci-gît ma femme : ah ! qu'elle est bien Pour son repos et pour le mien ! Un Magister s'empressant d'étouffer Quelque rumeur parmi la populace, D'un coup dans l'oeil se fit apostropher, Dont il tomba,
Page 461 - On compte ordinairement cinq sortes de vers françois. C'est par le nombre des syllabes qu'on les distingue. 1°. Ceux de douze syllabes, comme : Dans le ré-duit ob-scur d'u-ne al-co-ve en-fon-cée S'é-lè-ve un lit de plu-me à grands frais a-mas-sée : Qua-tre ri-deaux pom-peux, par un dou-ble con-tour, En dé-fen-dent l'en-trée à la clar-té du jour.

Bibliographic information