Abrégé chronologique de l'histoire de France,

Front Cover
Chez Henry Schelte., 1712 - France
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 293 - Roy de les dépoiiil'er ou de les faire mourir que par de certaines formes , ou avec le jugement de leurs Pairs & égaux auquel il préfidoit , ou avec celui des Affemblées qénéra
Page 106 - On la gêna trois jours durant ; enfuite on la promena fur un chameau dans tout le camp , puis on l'attacha à la queue d'une cavale indomptée , qui lui cafla la tête , en la traînant fur les cailloux.
Page 215 - Métrai , furent idolâtres , & tous les autres Chrétiens. Mais , à dire le vrai , le baptême n'adoucit guères leur barbarie. Ils furent féroces & fanguinaires , jufqu'à Clôture 11.
Page 236 - ... 333.) Avec cela clément, miséricordieux, aumosnier, qui nourrissait les pauvres jusqu'en Syrie, en Egypte et en Afrique, qui employait ses trésors à récompenser les gens de guerre et les gens doctes, à bastir des ouvrages publics, des Eglises et des Palais, à réparer les ponts, chaussées et les grands chemins, à rendre les rivières navigables, à garnir les ports de bous navires, à civiliser les Nations Barbares, à porter la gloire de la Nation Françoise avec esclat dans les Royaumes...
Page 242 - Mézeray , parccqu'elle est en effet d'un cercle de fer, mais recouvert d'une lame d'or. On dit que la généreuse...
Page 168 - ... elle ne se relève pas. C'est ainsi que la souveraineté est retirée de la Gaule pour être transférée sur les bords de la Meuse et du Rhin. Pépin-le-Bref et Charlemagne y établissent plus tard le centre de leur empire. Quelques écrivains, non sans raison, finissent ici, dit iMezerai, le règne des Mérovingiens, parce qu'en effet ils.
Page 118 - Qnandon fit l'arpen* tage ou partage des terres , les Rois en eurent pour leur portion quantité des plus belles , (pecialcment aux environs des grande» Villes & quelques autres moindres.
Page 411 - Parifiens , dont le courage étoit alors plus grand que leur ville , la défendirent encore mieux qu'elle ne fut attaquée. Les aflîegeans faifoient de fois à autres diverfgs tentatives » & donuoieut des aflauts aux cours ABU ICB...
Page 298 - Roy : car iJ ne pouvoit pas tout faire valoir. ; . jji. •.' les levées des deniers étoient de trois fortes , ou par tête, ou fur les biens & fruits de la terre , ou...
Page 368 - Robert furnommé le Fort ou le Vaillant , pour garder cette Marche ou Frontière. Ce que nous avons voulu marquer, parce...

Bibliographic information