Agnés de Chaillot,: comedie

Front Cover
Chez Henri du Sauzet, 1723 - 83 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 12 - Vos fureurs ne sont pas une régle pour moi : « Vous parlez en soldat , je dois agir en roi. PIERROT. A quoi bon me citer ce beau vers de Corneille , Dont TOUS avez cent fois étourdi mon oreille ? LE BAILLI.
Page 8 - Et me serrant les mains, embrassant mes genoux, Vous fîtes éclater les transports les plus doux. Mais piqué des rigueurs de ma vertu mutine, Vous prîtes aussitôt le couteau de cuisine; Je craignis pour vos jours, j'arrêtai votre main, Et je vous empêchai de vous percer le sein. Vous jetâtes le trouble, et l'effroi dans mon âme, Dès ce même moment je devins votre femme; Mais hélas!
Page 4 - De l'Aquebufe enfin ait remporté le prix. Goûtez , Bailli , goûtez , non pas deux fois , mais quatre , La gloire que ce fils fur vous a fçû rabattre.
Page 14 - OH ça, ma chère Agnès, parlons fans nous contraindre. Quelque fujet que j'aie aujourd'hui de me plaindre « Je vous aime , & je veux vous prendre par douceur.
Page 22 - Je ne demande point lj-dessns vos avis ; La chose est inutile , et n'en vaut pas la peine ; Car vous n'êtes ici que pour orner la scène.
Page 20 - Non , je le punirai , c'eft l'Arrêt du Bailli . . . Oh ! non pas , s'il vous plaît , vous en aurez menti.
Page 13 - ... découvert l'affaire. Ne vous étonnez plus qu'à vos defirs contraire, Pour ma fille, Pierrot ne montre que mépris; Voilà l'indigne objet dont fon cœur eft épris. ( En montrant Agnès. ) LE BAILLI. Ma Servante ! AGNÈS. Ah ! bon Dieu ! moi, l'innocence même ! PIERROT. Ne défavouez point, Agnès, que je vous aime : A quoi bon ces détours?
Page 16 - Le beau charivari que vous caufez chez nous ! Vous avez tant d'attraits > que pour l'amour de vous, Votre galant ici fait naître le défordre , Et nous donne aujourd'hui bien du fil à retordre. AGN E'S.
Page 55 - Je gêne de vos feux l'ambitieuse ardeur: Mon fils doit avec vous partager sa grandeur; Et le rebelle, en proie à l'amour qui l'entraîne, Ne brûle d'être roi que pour vous faire reine. Que sais-je même encor si, plus impatient,.
Page 59 - ... la CaStille, Seigneur ; et Ferdinand par ses ambassadeurs S'applaudit avec vous de vos nouveaux honneurs. Goûtez, seigneur, goûtez cette gloire suprême Qui dans un successeur vous reproduit vous-même. Qu'il esT: doux aux grands rois, après de longs travaux, De se voir égaler par de si chers rivaux De pouvoir, le front ceint de couronnes brillantes, En confier l'honneur à des mains si vaillantes; De voir croître leur nom, toujours plus redouté, Sûrs de vaincre longtemps par leur postérité!...

Bibliographic information