Algérie. L'Arrêt du processus électoral: un détonateur pour une violence programmée?: L'arrêt du processus électoral : un détonateur pour une violence programmée ?

Front Cover
Publibook, Dec 13, 2012 - Algeria - 232 pages
0 Reviews
Jusqu'à l'heure actuelle, l'on continue de présenter l'arrêt du processus électoral, perpétré en janvier 1992 par des officiers de l'armée, comme étant un acte salvateur qui avait permis de sauver les valeurs et la forme républicaines de l'État algérien; un État qui avait failli sombrer dans un système totalitaire et théocratique suite à la victoire des islamistes obtenue dès le premier tour des élections législatives de décembre 1991. Dès lors que les islamistes se furent considérés comme grugés de leur victoire, ils recoururent à la violence armée se soldant par des centaines de milliers de morts, des dizaines de milliers de blessés, des millions d'Algériens traumatisés et des dégâts matériels considérables se chiffrant en milliards de dollars... Et si, mis à part la réalité des conséquences engendrées par l'interruption des élections, sa dimension salvatrice n'était qu'une supercherie? Comment et pourquoi ce régime despote d'Alger – et pour les seules élections législatives de 1991 – pratiqua-t-il la transparence des urnes et reconnut-il, sans ciller, la victoire à des islamistes qui, pourtant, ne juraient que par son éradication sitôt la république islamique advenue? Quid de cette étrange corrélation entre une simple décision politique d'interrompre un processus électoral avec celui de l'apparition quasi instantanée d'une violence à laquelle nul Algérien ne s'attendait? En posant les bonnes questions, Arezki Katache sonde la tragédie algérienne qu'il éclaire d'un jour nouveau, dénonçant les dérives non seulement islamistes mais aussi militaires dans un processus électoral.

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

About the author (2012)

Arezki Katache est né en 1950 à Ighil-Ali en Petite Kabylie, précisément dans la wilaya de Béjaïa. Après avoir assumé des postes de responsabilité dans diverses entreprises nationales, il embrassa, dès 1983, la carrière d’avocat et d’expert consultant.

Bibliographic information