Analyse du jeu des échecs: avec une nouvelle notation abrégée, et des planches où se trouve figurée la situation du jeu pour les renvois et les fins de parties

Front Cover
Causette, 1820 - Chess - 148 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 138 - Uue tour , contre un fou , fait partie remise. Une tour et un cavalier, contre une tour, partie remise. Une tour et un fou, contre une Dame, partie remise. Une tour et un cavalier , contre une Dame , partie remise. Une Dame , contre un fou et un cavalier , peut gagner la partie. Une tour , contre un fou et deux pions , partie remise. Une tour , contre un cavalier et deux pions , partie remise ; parce que dans les deux...
Page 139 - Chaque pion a le privilège d'avancer de deux cases là première fois qu'on le remue; mais, en ce cas, il peut être pris en passant par tout pion qui serait à portée de le prendre, s'il n'eût été poussé qu'un pas.
Page 139 - Le roi, en roquant, ne doit sauter que deux cases, c'est-àdire que la tour avec laquelle il roque se mettra sur la case attenante immédiatement au roi, et celui-ci, sautant par-dessus, se placera de l'autre côté de la tour.
Page 11 - Lorsqu'il s'agit d'échanger des pièces, il faut toujours prendre le premier , à moins qu'il n'y ait pour vous un avantage de laisser d'abord prendre l'adversaire; comme si vous vouliez dédoubler un pion , ou le faire changer de ligne etc. (m) Vous voyez ici l'utilité du pion de la tour...
Page 45 - S'il eût attaqué le fou de votre Dame avec ce cavalier, vous n'auriez pas dû lui laisser faire pièce pour pièce; mais il aurait fallu retirer votre fou et forcer ensuite son cavalier à la retraite.
Page 138 - U n pion seul ne doit pas gagner , si le Roi adverse se trouve en opposition. Un pion seul peut gagner , si le Roi se trouve en avant du pion. Deux pions contre un doivent gagner dans presque tous les cas; mais il faut que celui qui a les deux pions évite d'échanger l'un de ses pions contre celui de l'adversaire. Un pion et une pièce quelconque doivent gagner dans tous les cas , excepté seulement les pions des deux tours...
Page 45 - Dame, parce qu'il faciliterait par ce coup la sortie du cavalier de votre Dame. De même, vous auriez mal joué en prenant son pion avec le vôtre, parce que par-là vous procureriez une place importante à son fou.
Page 14 - Cette partie est égale; le blanc a conservé l'avantage du trait. Celui des deux joueurs qui pourra le premier mettre en action le pion du fou de son roi en le poussant deux pas, aura l'avantage de la position.
Page 139 - Si l'on a oublié un pion, ou une pièce, en commençant la partie, il sera au choix de l'adversaire de la recommencer, ou de la continuer, en laissant remettre la pièce oubliée. IV. Si l'on est convenu de faire avantage d'un pion, ou d'une pièce , et qu'on ait oublié de le faire en commençant, il sera au choix de celui au préjudice duquel cet oubli aura été fait, de continuer la partie, ou de la recommencer.
Page 37 - pour prendre votre fou , ce qui aurait mis en liberté celui de son Roi. Il est avantageux de conserver un fou de même couleur que celui de l'adversaire; la direction des fous est à craindre presque dans tous les cas, et l'on ne peut s'en garantir bien sûrement qu'en leur opposant d'autres fous.

Bibliographic information