Ancien théâtre françois: ou, Collection des ouvrages dramatiques les plus remarquables depuis les mystères jusqu'à Corneille

Front Cover
M. Viollet Le Duc (Emmanuel-Louis-Nicolas), Anatole de Montaiglon, Pierre Jannet
P. Jannet, 1856 - French drama
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 117 - Si c'est un crime que l'aimer On n'en doit justement blâmer Que les beautés qui sont en elle ; La faute en est aux dieux Qui la firent si belle, Et non pas à mes yeux.
Page 22 - , et tout ce que je vous dis, autant vaudrait parler à un Suisse et cogner la teste contre un mur. THESAURUS. Il est vray que l'on a beau prescher à un qui n'a cure de bien faire; je suis ferme comme un mur, et j'ay la cervelle trop bien timbrée * pour ne pas sçavoir ce que j'ay à faire. Comme dit l'autre, ce qui est fait est fait. ALIZON. Ne devriez-vous pas vous resjouir quand la barbu vous vient, et du vin par la bonne année?
Page 277 - Mais laissons tout cela , car je ne suis pas resolue de contester avec vous jusques à la fin du monde, ny de me deffendre d'un ennemy qui ne me jette que des rozes à la teste. Je croy qu'à l'heure que nous parlons , le seigneur Docteur aura parlé de moy à mon père, de la recherche qu'il pretend faire de moy.
Page 83 - Entrons dedans le logis : je vous veux faire voir une sœur qui est venue de la grâce de Dieu et qui est belle et grande. ALAIGRE. Il ne faut pas prendre garde à la grandeur : mauvaise herbe croist toujours. Entrez seulement, vous verrez qu'elle n'est point tant déchirée. Avec cela vous apprendrez le reste du tripotage. LE PREVOST. Je meurs d'impatience de sçavoir à quoy aboutiront toutes ces feintes. Je vous veux aussi conter la rencontre de certaine musique qui vous fera rire à gorge déployée....
Page 19 - Ils sont armez comme des Jacquemarts et montez comme des saints Georges. Il vaut mieux faire comme on fait à Paris, laisser pleuvoir. Je n'ay garde de m'y aller faire frotter. CLABAUT. Allez vous frotter le nez au cul de ces gens-là ! Que sçait-on qui les pousse? BERTRAND. Tu te feras plustost bailler un coup de cuillère à la cuisine qu'un coup d'espée à la guerre.
Page 366 - I . belles, {Son humeur dedaigneuse en feroit peu de cas ; Quand vous auriez encor cent fois plus de ducats , Quand vous la nourririez de faisans et de merles, Quand vous la couvririez de safirs et de perles , Quand vous feriez pour elle un roman de chansons , Vos fleurs ne luy seront jamais que des glaçons. TRASILE. Tu me dis tes raisons ainsi que tu les songes. POLION.
Page 323 - ... la leçon; elle m'a aussi pris l'aulne de droguet bleu * que vous m'aviez donnée pour faire un manteau de farce, et, ce qui est de plus insupportable, c'est que le plus souvent je trouve à mon coucher des chardons dans mon bonnet de nuict, et les draps de mon lict tous mouillez, pour m'accuser d'avoir pissé dedans ; et ce matin, en me voulant lever, j'ay trouvé mes bas de chausses cousues ensemble et mes souliers pleins de poix. Enfin, Monsieur, je m'en veux aller, et, s'il est vray que vous...
Page 286 - S'il ya quelque bonne qualité en moy, elle paroist si peu au dehors qu'il faudroit m'ouvrir l'estomac pour la trouver ; et vous jugerez bien vous-mesme que vous m'obligez assez de croire que j'ay l'âme plus éloquente que la bouche et que la meilleure partie de ma vertu est secrète.
Page 272 - ... après moy comme après quelque voleur insigne : [Monsieur, rendez-nous nostre advis que vous nous emportez par force , et ne nous enlevez pas la liberté de conscience que le roy nous a donnée]. Après tout cela pourtant je n'exerce point de violence qui ne soit au profit de ceux qui la souffrent. Ainsi je règne dans l'esprit des hommes par la force de la raison , et je partage le gouvernement du monde avec les conquerans et les princes...
Page 289 - Pasques, en danger de faire naufrage si on ne le secouroit promptement, ou pour le moins de ne dcs-enyvrer que l'année prochaine. Au contraire, les roys remplissent leur espargne du sang et des larmes de leurs subjects, qui sont contraincts de s'enfuir dans les bois et de passer la mer pour se sauver de la taille et de la gabelle, et après tout cela il faut bien souvent qu'ils empruntent leur propre argent de leurs...