Annales du musée et de l'école moderne des beaux-arts...: Salon de 1814. 1 v

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Popular passages

Page 56 - Où me cacher ? Fuyons dans la nuit infernale. Mais que dis-je ! mon père y tient l'urne fatale ; Le sort, dit-on, l'a mise en ses sévères mains : Minos juge aux enfers tous les pâles humains.
Page 76 - Mais je veux que ma mort te soit même inutile : Ne crois pas qu'en mourant je te laisse tranquille; Rome, ce ciel, ce jour que tu reçus de moi, Par-tout, à tout moment, m'offriront devant toi. Tes remords te suivront comme autant de furies...
Page 39 - Bientôt elle touche à la rive, s'élance à terre, attache sa nacelle au tronc d'un saule et s'enfonce dans le bois en s'appuyant sur la rame de peuplier qu'elle tenait à la main. Elle passa tout près de moi sans me voir. Sa taille était haute; une tunique noire, courte et sans manches, servait à peine de voile à sa nudité. Elle portait une faucille d'or suspendue à une ceinture d'airain, et elle était couronnée d'une branche de chêne. La blancheur de ses bras et de son teint, ses yeux...
Page 95 - Le sceptre ne sera point ôté de Juda, ni le prince de sa postérité, jusqu'à ce que celui qui doit être envoyé soit venu. C'est lui qui sera l'attente des nations.
Page 76 - Poursuis, Néron, avec de tels ministres; Par des faits glorieux tu te vas signaler; Poursuis. Tu n'as pas fait ce pas pour reculer. Ta main a commencé par le sang de ton frère; Je prévois que tes coups viendront jusqu'à ta mère. Dans le fond de ton cœur je sais que tu me hais; Tu voudras t'affranchir du joug de mes bienfaits.
Page 56 - Humains. Ah ! combien frémira son Ombre épouvantée, Lorsqu'il verra sa fille à ses yeux présentée, Contrainte d'avouer tant de forfaits divers, Et des crimes peut-être inconnus aux Enfers ! Que diras-tu, mon Père, à ce spectacle horrible ? Je crois voir de ta main tomber l'Urne terrible, Je crois te voir, cherchant un supplice nouveau, Toi-même, de ton Sang devenir le Bourreau. Pardonne. Un Dieu cruel a perdu ta Famille. Reconnais sa vengeance aux fureurs de ta Fille.
Page 50 - Les poètes lui donnent les traits d'un jeune homme d'un air doux et serein , des ailes de papillon et une couronne composée de toutes sortes de fleurs , pour désigner son influence bienfaisante sur toute la nature.
Page 40 - Le désordre de ma barbe et de mes cheveux, écrivoit-il à un de ses amis ; le défaut de vêlemens et l'horrible malpropreté qui m'environne ne sont qu'une partie de mes maux; la solitude, mon ennemie naturelle la solitude que j'ai en horreur, aggrave le poids de mes souffrances , et rend ma situation intolérable. Et en effet, elle...
Page 95 - Levi , frères dans le crime , instrumens d'un carnage plein d'injustice , à dieu ne plaise que mon âme ait aucune part à leurs conseils , et que ma gloire soit ternie en me liant avec eux , parce qu'ils ont signalé leur fureur en tuant des hommes , et leur volonté criminelle en.

Bibliographic information