Anne de Russie, reine de France et comtesse de Valois, au XIe siècle

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 64 - Gatinois, à une lieue d'Estampes. C'est une tombe plate dont les extrémités sont rompues. La figure de cette reine y est gravée , ayant sur sa...
Page 38 - Senlis, dont elle aimait beaucoup le séjour, « tant pour la bonté de l'air qu'on y respire, que pour les agréables divertissements de la chasse, à laquelle elle prenait un singulier plaisir.
Page 17 - I", élevé sur le trône de Pologne après avoir été en France moine de Cluny, où il avait passé plusieurs années d'exil et reçu le diaconat.
Page 91 - Ecclesiae filas, quoniam universitatis creator omnia ad ornatum compositionemque sacratissimarum nuptiarum unigeniti sui Deus pater condidit , nec solum genitor, sed et ipse genitus concordia Sancti Spiritus sibi sponsam aptavit ; sicut ipse in canticis canticorum eidem sponsae dixit : « Veni de Libano, veni, et coronaberis de capite Amana , de vertice Sanir et Hermon.
Page 18 - ... celui du peuple qu'il gouvernait. L'aîné de ses fils avait épousé la fille de Harold, le dernier roi d'Angleterre de la race saxonne, prince célèbre par son courage, et même par la triste destinée qui le fit succomber sous le bras de Guillaume le Conquérant. Son troisième fils eut pour femme une comtesse de Stadt, sœur de Burchard, évêque et prince de Trêves.
Page 65 - ... suffisamment explicites : « Hic iacet domina Agnes uxor quondam Henrici régis », d'où l'on pensait même pouvoir déduire que le véritable nom de la reine n'était pas Anne comme on l'avait cru, mais bel et bien Agnès. En 1770, cependant, « les auteurs de la seconde édition de la Gallia christiana « s'inscrivirent en faux contre les découvertes du savant jésuite. La « première objection qu'ils firent c'est que l'abbaye de Villiers ne fut « fondée qu'en 1220, et que, par conséquent,...
Page 18 - Parmi les frères d'Anne, l'aîné avait pris pour femme la fille de Harold, le dernier roi d'Angleterre de la race saxonne, si connu par la triste destinée qui le fit succomber sous les coups de Guillaume le Conquérant. Le troisième s'était allié à une comtesse de Stadt, sœur de Burchard, évêque et prince de Trêves.
Page 17 - Son aïeul, Vladimir le Grand, s'était élevé à un haut degré de puissance, et, en introduisant le christianisme parmi ses peuples, en 988, il leur avait fait prendre place au milieu des nations civilisées.
Page 29 - IX, p. 873, tranchent la question en émettant une hypothèse très plausible, d'après laquelle Roger aurait été adjoint à la mission de Gauthier Saveyr et de Goscelin de Chalignac.
Page 20 - Kiev elle-même était le rendezvous des marchands hollandais, hongrois, allemands, Scandinaves, qui y avaient tous leurs quartiers séparés. Les artistes grecs ornaient avec splendeur ses palais et ses quatre cents églises, et un chroniqueur contemporain, Adam de Brème, l'appelait « l'émule de Constantinople et la gloire de la Grèce.

Bibliographic information