Archéologie chrétienne: ou, Précis de l'histoire des monuments religieux du moyen age

Front Cover
A. Mame, 1841 - Architecture, Medieval - 364 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 150 - A partir seulement de la fin du xe siècle, l'être social qui porte ce nom, pour ainsi dire, est formé, il existe; on peut assister à son développement propre et extérieur. Ce développement méritera, pour la première fois, le nom de civilisation française : jusqu'à présent nous avons parlé de la civilisation gauloise, romaine, franque, gallo-romaine, gallo-franque ; nous avons été obligés d'allier des noms étrangers pour caractériser, avec quelque justesse, une société sans...
Page 215 - Les forêts des Gaules ont passé à leur tour dans les temples de nos pères, et nos bois de chênes ont ainsi maintenu leur origine sacrée. Ces voûtes ciselées en feuillages, ces jambages qui appuient les murs et finissent brusquement comme des troncs brisés, la fraîcheur des voûtes, les ténèbres du sanctuaire, les ailes obscures, les passages secrets, les portes abaissées, tout retrace les labyrinthes des bois dans l'église gothique; tout en fait sentir la religieuse horreur, les mystères...
Page 4 - ... notre admiration et à nos soins ; héritage que nous devons conserver pur et intact; pur de toute souillure, intact de toute mutilation. Nous devons faire tous nos efforts pour sauver des injures du temps, peut-être aussi des injures des hommes, nos antiques sanctuaires, afin qu'ils apprennent aui siècles à venir ce que peut le génie fécondé par la religion.
Page 255 - Quelquefois mille personnes, hommes et femmes, sont attelés au même char (tant la charge est considérable), et cependant il règne un si grand silence qu'on n'entend pas le moindre murmure. Quand on s'arrête dans les chemins, on parle, mais seulement de ses péchés, dont on fait...
Page 41 - On croit aussi avec quelque fondement que les kromlechs n'avaient pas exclusivement une destination religieuse, et que, dans les grandes circonstances, ils pouvaient servir pour les assemblées de la nation, soit pour délibérer sur les intérêts politiques, soit pour les élections , soit pour les inaugurations, soit encore pour y rendre solennellement la justice.
Page 293 - L'architecture est restée la même-, les colonnes sont courtes et rares; les chapiteaux carrés, historiés, à feuilles grasses ou à enroulements ; les ornements, imités de l'antique ou barbares: les façades sont toujours percées de larges portes cintrées ou d'une ogive à peine sentie, surmontées d'un fronton à peine plus exhaussé que les frontons antiques; les tours sont rares et massives. Ce climat, qui se rapproche déjà de celui de l'Italie et n'exige pas de toits aigus, résiste...
Page 312 - Vous cherchez en vain ces sensations dans un « temple bâti de la veille et qui n'a encore retenti qu'au « bruit du marteau et des cris des ouvriers. Ces pierres « neuves sont muettes. Elles n'ont rien à vous raconter ; « tout ce qui vous entoure est dénué de souvenirs. Eh bien...
Page 122 - Il faut à cette vive flamme de la foi le moyen de se transformer en pierre, et de se léguer ainsi à la postérité. Il faut aux pontifes et aux architectes quelque combinaison nouvelle qui se prête et s'adapte à toutes les nouvelles richesses de l'esprit catholique ; ils la trouvent en suivant ces colonnes qui s'élèvent vis-à-vis l'une de l'autre dans la basilique chrétienne, comme des prières qui, en se rencontrant devant Dieu, s'inclinen1 et s'embrassent comme des sœurs : dans cet embrassement...
Page 312 - L'âme s'émeut vivement au milieu de ces murs et de ces colonnes, sous ces voûtes dont toutes les pierres sont empreintes de la poussière que les siècles y ont successivement déposée, et dont les échos semblent murmurer encore quelque chose des chants et des prières des générations écoulées. Vous...
Page 153 - Tout le monde sait que, longtemps avant le xie siècle, les églises ont commencé à être dirigées, autant que possible, vers l'orient, soit pour que le soleil en éclairât l'intérieur de ses premiers rayons, soit afin que les fidèles qui viendraient y prier eussent la face tournée vers la contrée qui fut le berceau du christianisme.

Bibliographic information