Bédouins sédentarisés et société citadine à Tozeur (sud-ouest tunisien)

Front Cover
KARTHALA Editions, 2004 - Bedouins - 282 pages
0 Reviews
Lieu de passage privilégié des habitants reliant une partie de la vaste zone périphérique de la ville de Tozeur, dans le Sud-Ouest tunisien, à ses quartiers centraux, le cimetière Sîdî Abd al-Rahîm, est avant tout un espace de vie. Anciennement dernière extrémité du monde citadin (tout autant que dernière demeure du citadin d'ailleurs), ce cimetière, l'un des deux que compte la ville, est aujourd'hui enserré dans les limites communales et intégré dans les habitudes de ceux qui se sont, les premiers, installés à proximité, le groupe des Rkârka, également identifié comme " ceux de Derrière le cimetière ". Que ceux de derrière et ceux de devant y mélangent leurs morts n'empêchent pas ces derniers, les oasiens, de jeter un regard chargé de mépris sur ces populations bédouines aux mœurs réputées un peu trop frustes pour la culture citadine. En effet, dans toute cette région du Jérid, succession de vieilles cités adossées à leur palmeraie, les habitants se sentent dépositaires d'une culture forgée dans la sédentarité autorisant le cumul des oeuvres humaines. Ils se nomment les Jéridis, du nom de la région qu'ils occupent. Cette appartenance géographique suffit déjà à les différencier des nomades qui portent le nom de leur ancêtre éponyme, substituant à la référence spatiale une identité ancrée sur la lignée et sa succession, donc sur le temps. Ils se nomment ainsi Rkârka (ring. Rakrûkî), les descendants de Rakrûk, lui-même issu de Sîdî Abîd, patron saint ayant vécu probablement au XVIe siècle, dont le tombeau se situe dans la région de Tebessa en Algérie. Depuis une quarantaine d'années, les Rkârka, avec d'autres groupes du même ensemble tribal des Awlâd Sîdî Abîd, sont venus en masse se fixer aux abords de la ville de Tozeur, dans deux vastes zones nommées Ras adh-Dhraa et Helba. Ils contribuent aux recompositions de la société citadine de Tozeur et participent aux changements sociaux qui affectent l'ensemble de cette petite région des confins du Sahara. Ainsi, du bourg modeste, travaillé par la distinction et la stigmatisation, émerge depuis une vingtaine d'année une cité contemporaine dotée d'une organisation citadine progressivement élargie aux derniers sédentarisés.
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Échelles et perception du quartier
104
Les évolutions des espaces domestiques
111
Les bédouins se marientils comme des arabes ?
128
Lévolution de la mobilité résidentielle
136
au détriment des autonomies locales
143
Lextension des bédouins Awlâd Sîdî Abîd
156
Saisissement communautaire et arûshiyya
161
Le Conseil de gestion entre logique administrative
166
Lindividualisation des shajaras
189
Le monde des palmeraies
197
Les jardins
207
Lieux et usages dans les palmeraies
217
Les nouvelles palmeraies Une situation plus nuancée
223
Patrimoines
234
Une figure locale du tourisme le bezness
241
Une ville réinventée ?
251

Lordre du communautaire
172
Des enjeux différents aux mêmes effets communautaires 179 11 Passions généalogiques
181

Other editions - View all

Common terms and phrases

Bibliographic information