Bête noire

Front Cover
MICHEL LAFON, May 16, 2012 - Biography & Autobiography - 137 pages
23 Reviews

Encensé par ses admirateurs, critiqué parbeaucoup
de magistrats, la " Bête noire "des prétoires
s'explique pour la première fois.


Non, il n'est pas fasciné par le mal, mais il défend autant la présomption d'innocence que le droit – pour les criminels de tout bord – à une juste peine qui ne varie pas du simple au double d'une cour d'assises à l'autre.
Non, il n'est pas l'ennemi des magistrats, mais il s'interroge sur l'absence de la notion d'humanité dans leur serment, alors qu'elle figure dans celui des avocats. Car ceux qui lui confient leur destin sont aussi des êtres humains, dont la ligne de vie a parfois de quoi inspirer aux jurés une certaine clémence.
Non, il n'est pas contre l'État, mais il est souvent révolté par le fonctionnement de la Justice. Comme personne ne l'a fait auparavant, il raconte les petits arrangements, les influences et les pièges qui peuvent biaiser un verdict. À travers les anecdotes et les souvenirs édifiants des grands procès d'assises auxquels il a participé, il dresse le portrait d'un système judiciaire implacable, au sein duquel la défense n'est guère que tolérée, même quand elle tente désespérément d'éviter les erreurs judiciaires.




" J'ai décidé de devenir avocat à quinze ans. C'était le 28 juillet 1976 et j'avais entendu à la radio que Christian Ranucci, l'homme du "pull-over rouge", avait été exécuté à l'aube. Ce n'est pas le récit d'une vocation que je fais ici, mais d'une sorte de fatalité. Je suis condamné à plaider. "

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

About the author (2012)

ÉRIC DUPOND-MORETTI,cinquante ans, sans doute le meilleur avocat d'assises de sa génération. Ce pénaliste hors pair, qui fuit les mondanités et habite dans une ferme près de Lille, a déjà obtenu plus de cent acquittements (la " boulangère " d'Outreau, Jean Castela, " commanditaire présumé " de l'assassinat du préfet Claude Érignac, entre autres...).

STEPHANE DURAND-SOUFFLAND, avec lequel il a écrit ce livre, est le chroniqueur judiciaire du Figaro depuis janvier 2011.

Bibliographic information