Barzaz-Breiz: Chants populaires de la Bretagne, recueills et publiés avec une traduction française, des arguments, des notes et les mélodies originale, Volume 1

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 525 - Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, onze, douze, Treize, quatorze, quinze, seize, dix-sept, dix-huit, dix-neuf, vingt.
Page 231 - Il en vint une multitude, par toutes les routes, de loin et de près, du nord et du midi. Il en vint du Maine et de l'Anjou, du Poitou...
Page 239 - Il n'était pas encore bien loin du manoir que déjà son épouse essuyait plus d'un dur propos. — Jetez là votre robe rouge et prenez-en une blanche et allez à la lande garder les troupeaux. — Excusez-moi, mon frère, qu'ai-je donc fait? Je n'ai gardé les moutons de ma vie. — Si vous n'avez gardé les moutons de votre vie, voici une longue lance qui vous apprendra à les garder.
Page 1 - Pas de série pour le nombre un ; la Nécessité unique ; le Trépas, père de la Douleur; rien avant, rien de plus.
Page 583 - Les loups de la Basse-Bretagne grincent des dents en entendant le ban de guerre ; « En entendant les cris joyeux, ils hurlent; à l'odeur des Français, ils hurlent de joie! « On verra bientôt , dans les chemins , le sang couler comme de l'eau , « Si bien que le plumage des canards et des oies blanches qui y nageront deviendra rouge comme la braise.
Page 92 - ... déposée sur l'autre rive. Alors, la belle dame lui dit : — Jeune homme, vous ne savez pas qui vous venez de passer : je suis la Peste. Je viens de faire le tour de la Bretagne, et me rends à l'église du...
Page 167 - Leur langue sue, comme la langue du chien, une sueur qui fait trou comme la sueur des damnés. Maudits soient les traîtres, sans eux j'aurais remporté la victoire. — Fils de l'homme, garde-toi de maudire jamais ni ami, ni ennemi, ni personne ainsi ; Ni par-dessus tout le seigneur roi, car il est l'oint de Dieu. — L'oint de Dieu, il ne l'est pas! l'oint du démon, je ne dis pas. L'oint de Dieu , il ne l'est pas celui qui ravage la terre des Bretons. Mais l'argent qui vient du démon se dépense...
Page 187 - Quand on est allé peser l'argent, il manquait trois livres sur cent; « Et l'intendant a dit : « Ta tête, vassal, fera le poids. » « Et, tirant son épée, il a coupé la tête de votre fils. « Puis il l'a prise par les cheveux, et il l'a jetée dans la balance. » « Le vieux chef de famille à ces mots pensa s'évanouir ; * Sur le rocher il tomba rudement en cachant son visage avec ses cheveux blancs ; « Et, la tête dans les mains, il s'écria en gémissant :
Page 251 - C'est pour vous que je l'ai attrapé; je suppose, ma belle, qu'il vous fera plaisir. — En apprenant la nouvelle, le jeune servant d'amour...
Page 92 - C'était jour de pardon au bourg d'Elliant ; un jeune meunier arrivant au gué avec ses chevaux, vit une belle dame en robe blanche, assise au bord de la rivière , une baguette à la main , qui le pria de lui faire passer l'eau. — Oh! oui, sûrement, madame, répliqua-t-il ; et déjà elle était en croupe sur sa bête , et déposée sur l'autre rive.

Bibliographic information