Bibliothèque raisonnée des ouvrages des savans de l'Europe, Volume 6

Voorkant
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 9 - Au milieu cependant de ces peines cruelles, De notre trifte hyver compagnes trop fidelles, Je fuis tranquille & gai: Quel bien plus précieux Puis-je efperer jamais de la bonté des Dieux? Tel qu'un rocher, dont la tête Egale le mont Athos , Voit à fes pieds la tempête, Troubler le calme des flots: La mer autour...
Pagina 9 - D'une machine chancelante. Tantôt un déluge d'humeur De fucs empoifonnez inonde ma paupière...
Pagina 10 - Je laifle là Minos & fon urne fatale, Le Rocher de Sifyphe & la foif de Tantale» Et fans m'aller noircir de cent tourmens divers,' Tout ce qui s'offre à ma penfée,' . Ce ne font que des fleurs, des berceaux toujours verds, Et les Champs fortunez de la plaine Elyfée.
Pagina 16 - C'eft dommage que les Poëfies de M. le Marquis de la Fare foient ici en fi petite quantité. Nous ignorons s'il en avoit fait davantage, ou fi fon peu d'attention à conferver des ouvrages, dont il dit lui-même qu'il attendoit moins de gloire que de plaifir, prive le public de la meilleure partie de ce qu'il avoit compofé. Quoiqu'il en foit, nous avons de lui une...
Pagina 17 - Il ne cultiva guère le talent de la poéfie qu'à l'âge de. plus de foixante ans , comme le marquis de la Fare. Dans les premiers vers qu'on connut de lui, on trouve ceux-ci qu'on attribua à la Fare : O Mufe légère & facile , Qui , fur le coteau d'Hélicon , Vintes offrir au vieil Anacréon Cet art charmant , cet art utile...
Pagina 11 - L'art de charmer l'oreille & d'amufer l'efprit Par la diverfité de cent nobles idées, II fait enfuite le caractère de tous les...
Pagina 13 - J'aurois brigué fes faveurs: Mais fur le peu de mérite De ceux qu'elle a bien traitez, J'eus honte de la pourfuite De fes aveugles bontez; Et paflai , quoiqu'elle donne Et la pourpre Se la Couronne, Du Du mépris de la perfonne Au mépris des dignitez.
Pagina 12 - Ami.voila commenr,fans chagrin, fans noirceurs, De la fin de nos jours poifon lent & funefte, Je fcme encor de quelques fleurs La peu de chemin qui me refte, Voila le fonds de la morale de M. l'Abbé de Chaulieu, & ce qu'il tourne de plufieurs façons différentes félon les divers endroits où il la place. Rien n'eft fi utile pour fe perfectionner le goût que d'examiner les...
Pagina 9 - De notre trifte hyver compagnes trop fidelles, Je fuis tranquille & gai: Quel bien plus précieux Puis-je efperer jamais de la bonté des Dieux? Tel qu'un rocher, dont la tête Egale le mont Athos , Voit à fes pieds la tempête, Troubler le calme des flots: La mer autour...
Pagina 11 - ... l'efprit a moins de part que le cœur dans les traits dont il la peint, tout y eft vif & animé ; ce n'eft point l'art , c'eft la nature qui les fournit, c'eft elle qui les met en œuvre. On dira peut-être que des émotions fi vives s'accordent mal avec la...

Bibliografische gegevens