Bibliotheque critique, ou Recueil de diverses pieces critiques, dont la plupart ne sont point imprimées, ou ne se trouvent que très-difficilement,

Front Cover
chez Jean Louis de Lormes., 1708 - Books
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 522 - Voyez comme il endort dans un honteux repos Les Princes, les Rois, les Héros, Sur les bords du fleuve du Tendre. Au lieu d'inspirer aux grands cœurs De tant de célèbres Vainqueurs L'amour de la vertu, le désir de la gloire, II deshonore leur Victoire Par de foibles soupirs et par d'indignes pleurs.
Page xxxix - On ne doit point s'embamiTer d'une objection qui n'eft appuyée que fur un peut-être. Corollaire V. Des préemptions , quelque violentes qu'elles foient , ne peuvent jamais former une pleine conviction , telle qu'il la faut pour prononcer fans retour fur quelque affaire que te foit, principalement quand la condamnation des chofes doit, comme ici, retomber fur les perfonnes.
Page 532 - Des petits et des grands nos secrets sont suivis; Je suis bon charlatan, si je ne suis bon maître. On voit combien cette satire, dont nous avons cité les passages les plus saillants, est pauvre et vide. Cependant, il ne manqua pas de gens pour la célébrer. Les frères Parfaict témoignent...
Page 445 - Dauphin : comme il fut poussé à cela par un de ses amis, il n'oublia rien pour engager ce prélat à faire arrêter les exemplaires de cet ouvrage par M. le Chancelier, avant qu'il parût en public.
Page 526 - Pour réchaufer un froid cercueil? Puisque vous pouvez vous résoudre, A prendre un autre Epoux, dont la brutalité Qui fut sur votre fils prête à lancer la foudre Ne laisse pas encor sa tête en sûreté. Pourquoi ne songez-vous qu'à sauver par vos larmes Ce fils, dont les fameux exploits Doivent, en accordant les Loix avec les armes, Fonder l'empire des François ? Apollon, rebutant cette juste apostrophe. Répondit, Franciade à part; Et pour changer la catastrophe. Donna des soufflets à Ronsard....
Page 521 - ... Cette Racine N'est pas tout ce qu'on s'imagine. Elle est douce, il est vrai, mais sa douceur, enfin, N'est propre qu'à charmer quelque galant qui tousse Parmi le sexe féminin. Phœbus la peut vanter aux Médecins d'eau douce; Mais, pour m'en faire accroire, il n'est pas assez fin. Son suc est dangereux à prendre, Autant que le jus des pavots, Dont les plus vigilans ont peine à se défendre. Voyez comme il endort dans un honteux repos Les Princes, les Rois, les Héros, Sur les bords du fleuve...
Page 527 - Toute leur séquelle en pleura. Mais c'étoit aussi grand dommage De tant de gens morts à la fois. Qui n'étoient Turcs que de visage, Car pour les mœurs, pour le langage, C'étoit de naturels François.
Page 533 - Touc beau , répond phœbus , à ce donneur d'avis , Ne troublez pas le cours des pleurs que j'ai fait naître. Des petits & des grands mes fecrets font fuivis, Je fuis bon Charlatan , fi je ne fuis bon maître.
Page 523 - Héros changez en amoureux tranfis ; Au lieu d'Alexandre & d'Achille » -'" ; • Furent Céladon & Tirfis. ' Par le fréquent débit de la douce Racine, Phœbus devenu. Charlatan , Comme un Vendeur d'Orviétan , Eut d'habiles a Joueurs, qui par leur bonne mine, Firent tant qu'on la crût une plante divine.
Page 522 - L'amour de la vertu , le defir de la gloire ; II deshonore leur Victoire , Par de foibles foupirs , & par d'indignes pleurs.

Bibliographic information