Bibliotheque universelle des Romans, ouvrage periodique: dans lequel on donne l'analyse raisonnée des Romans anciens & modernes, François, ou traduits dans notre langue; avec des anecdotes & des notices historiques & critiques concernant les auteurs, ou leurs ouvrages; ainsi que les moeurs, les usages du temps, les circonstances particulières & relatives, & les personnages connus, déguises ou, emblêmatiques, Volume 68

Front Cover
Lacombe, 1784 - Classical literature
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 171 - Je ne le puis dans cet inftant , & je ne puis vous révéler mon fort, que fous la condition'd'un fecret inviolable ; il faut même qu'on ignore tout ce que je viens de vous dire : je vous le demande , je l'exige de vous. . . . Je reviendrai ce...
Page 5 - Romans, ouvrage périodique, dans lequel on donne l'analyse raisonné« des romans anciens & modernes, françois, ou traduits dans notre langue ; avec des anecdotes & des notices...
Page 114 - ... doit-elle le jour ! Sa mère vit-elle encore ;... Malheureux! vous vous taifez !.... Ah! fi vous aviez , fans mon aveu , difpofé de votre main , fans doute un choix déshonorant...... LE MARQUIS.
Page 176 - ... je vous le répète , c'eft moins pour vous rappeler mes droits , que pour vous faire comprendre la fituation où je me trouve : je vous ai donné des talens, j'ai cultivé votre efprit , & développé les vertus dont vous aviez le germe heureux ; mais , à beaucoup d'égards, je vous ai élevé dans une...
Page 135 - Vous êtes tout pour moi : un fentiment fi doux, nourri depuis fi long-temps, abforbe en moi tous les autres, & ne pourra jamais s'affoiblir un moment: objet de tous mes foins, de tous mes projets, de toutes mes penfées, rien ne peut me diftraire de vous; tout ce qui n'eft pas vous m'eft infipide, importun; & je préfère à tous les biens du monde, le bonheur inexprimable de vous voir, de vous entendre, & d'être aimé de vous. ZÉLIE, (avec tranfport.} Je vous retrouve enfin.
Page 130 - Eh bien , hier au foir je me promenois feule dans le petit buis, je côtoyois le mur, toutà-coup j'ai entendu une voix inconnue qui prononçoit mon nom ; elle fembloit venir du haut des airs ; j'ai levé la tête & j'ai vu , mais avec une furprife extrême, un homme fur le mur ; l'étonnement & la frayeur m'ont rendue immobile. . . Il m'a crié de me raflurer : j'ai bien pu , m'at-il dit , parvenir ici à l'aide des machines que j'ai fait préparer de l'autre côté du mur ; mais vous voyez bien...
Page 177 - flatté.,,. & fongez que je ne la déclare qu'au » moment où je la facrifie.... Votre cœur s'eft » expliqué pour un autre; c'en eft fait. ...je ne » prétends plus à vous, je vous aurois même » épargné l'embarras de cet aveu, s'il n'étoit né, » ceffaire pour juftifier ma conduite.
Page 190 - ... vous fuivra au bout de l'univers que dis-je? je vivrai pour adoucir vos peines. . . . oui , je vous le promets Do RI VAL.
Page 191 - Une indifcrétion, le plus léger éclat peut empêcher ma fuite & me perdre à jamais. Sainville inftruit par vous, au défefpoir, hors de lui-même ... feroit-il maître de cacher fes tranfports ? & d'ailleurs, ne devez vous pas éviter vous - même un . fpeâacle fi douloureux?
Page 165 - Eft-il un cœur affez cruel, affez bas, pour ofer foupçonner ce qu'il aime, du comble de l'infamie? Lui! grand Dieu!... A quel point vous l'outragez !... Ah ! monfieur, vous ne le connoiffez pas ; du moins que ma confiance le juftifie. Oui, je jure, je protefte de n'être jamais qu'à lui ; c'eft à vous que j'en fais le ferment. J'accepterai avec tranfport tous les facrifices qu'il daignera me faire. Ma gloire...

Bibliographic information