Biographie universelle, ancienne et moderne, ou, Histoire, par ordre alphabétique, de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes: ouvrage entièrement neuf, Band 49

Cover
Michaud frères, 1827
 

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 106 - des ouvrages nécessaires au compilateur. De plus, il faut noter qu'à cette époque l'ensemble des connaissances humaines n'était pas, comme de nos jours, « un cercle dont le centre est partout et la circonférence nulle part, » et qu'il y avait encore moins d'audace à présenter une thèse
Seite 399 - fit honte , et on lui dit qu'elle ferait bien mieux, de penser à Dieu, et de chanter un Ave maris Stella ou un Salve que toutes ces chansons : elle chanta l'un et l'autre en ridicule, elle dormit ensuite. Le mercredi se passa de même en confrontations , en débauches et chansons. Enfin
Seite 115 - une autre était Turque , qui servit d'instrument à l'immense miséricorde de Dieu pour retirer son mari de l'apostasie, et le remettre au giron de l'Église, et me délivrer de mon esclavage. Curieuse qu'elle était de savoir notre façon de vivre, elle me venait voir tous les jours aux champs, où jefossoyais; et un jour elle me commanda de
Seite 326 - de son bras, recevant les compliments de toute la cour : cardans cette affaire, il avait tout le monde pour lui sans partage. « Moi, Messieurs, dit-il, moi me » battre, il peut fort bien me battre » s'il veut, mais je le défie de faire » que je veuille me battre : qu'il se
Seite 399 - plusieurs personnes. Elle soupa le soir et recommença, toute brisée qu'elle était, à faire la débauche avec scandale. On lui eu fit honte , et on lui dit qu'elle ferait bien mieux, de penser à Dieu, et de chanter un Ave maris Stella ou un Salve que toutes ces chansons : elle chanta l'un et l'autre
Seite 400 - fut embarrassée : on voulut la faire confesser ; point de nouvelles. A cinq heures on la lia ; et avec une torche à la main elle parut dans le tombereau habillée de blanc. C'est une sorte d'habit pour être
Seite 550 - Je doute cependant, ajou» te-t-il, qu'il y ait eu beaucoup de » ministres aussi instruits et aussi » éclairés. » On peut se former une. idée juste de son genre d'esprit par ses ouvrages qui , n'ayant point été écrits pour le public, se rapprochent du genre familier. La naïveté , le laisser-aller , le décousu même,
Seite 400 - autant qu'elle put de sortir du tombereau : ou l'en tira de force; on la mit sur le bûcher, assise et liée avec du fer , on la couvrit de paille ; elle jura beaucoup; elle repoussa la paille cinq
Seite 407 - deux cents louis. Voyez avec quel » empire parle mon amitié : c'est » qu'elle est forte; la vôtre, qui est » encore foible , diroit : Je vous sup» plie de me prêter deux cents louis, » si vous le pouvez sans vous in» commoder. Je vous demande par» don si j'en use si librement.
Seite 34 - vol. in-12. Cet ouvrage renferme, entre autres , des dissertations très-savantes sur les anciens comtes de Looz , de Horne, de Moha, et sur le duché de Bouillon. L'auteur publia, en 1810, un volume in-8". de nouveaux Mélanges pour servir à l'histoire civile , politique et littéraire du ci-devant pays de Liège. Ils sont remplis de recherches intéressantes et variées, et

Bibliografische Informationen