Briefe von und an Goethe: desgleichen Aphorismen und Brocardica

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 187 - A ces mots l'ami se retire: Epargnez-le, vents et glaçons ! Moi, j'ai fait la chanson pour rire. Ah! je rirai de ces garçons, Qui trompent la maîtresse honnête Par des sermens le long du jour, Et sont trompés par la grisette La nuit au moulin de l'amour.
Page 186 - S'en va chercher douze témoins Pour prouver que vous étiez fille ? Hélas ! Il n'en falloit pas moins.
Page 186 - At-on jamais vu dans le monde, Au rendez-vous, plus de malheur?" C'est ce qu'il chantoit près de l'onde, Que n'arrêta point sa douleur: „Le tour est pour vous trop habile, Belle meunière, aux yeux menteurs: Laissez aux dames de la ville A dépouiller leurs serviteurs.
Page 255 - Rostubaldo entre ellos venció los fuertes , y admiró los bellos . Como en el triangular cristal se mira de varios y diversos tornasoles campo , cielo , ciudad, o mar , y admira ver tan .diversas nubes y arreboles: assi la esquadra que entra , y se retira, de , Moros Africanos y Españoles, a la vista , que juntos confundian, jardin florido en Mayo parecian.
Page 188 - Qu' Athènes de la Germanie, Qui surpasse par Vous l'ancienne Grèce en tout, Vous permette à Tepliz d'allonger Votre vie! Epidaure n'est plus de sa manne chérie; Ainsi que Lui son Dieu vous eût nourri.
Page 185 - Aux bords glacés de la rivière, Au point du jour, demi- Janvier , Jl fit ce jour-là sa prière, Pensant à Dieu moins qu'au meunier. Le manteau, dans cette aventure, En cette saison sans figuiers, Le préserva de quelque injure, Sans...
Page 187 - Sluguft 1810] En secouant ses beaux cheveux mouillés, is Je découvre à présent le lever de l'Aurore Brillante, n'est pas dire assez, Le plus beau rosé la décore. Elle est de bonne humeur, elle est fière aujourdhui, Telle que la gaîté qui dissipe l'ennui, 20 Devançant le soleil, elle est plus l>elle encore, Le plus bel horizon doucement se colore, Et paroît annoncer une faveur des Dieux.

Bibliographic information