Bug-Jargal

Front Cover
D.C. Heath, 1889 - 226 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 110 - Et puis nous ne savons ce qu'on entend par volonté de la nation, vu que, depuis que le monde règne, nous n'avons exécuté que celle d'un roi. Le prince de France nous aime , celui d'Espagne ne cesse de nous secourir. Nous les aidons, ils nous aident: c'est la cause de l'humanité. Et, d'ailleurs, ces majestés viendraient à nous manquer, que nous aurions bien vite trôné un roi.
Page 109 - Les lois concernant l'état des personnes non libres, et l'état politique des hommes de couleur et nègres libres...
Page 169 - ... l'infortuné Habibrah , je lui tendis l'autre. .. — Dès qu'elle fut à sa portée, il la saisit de ses deux mains avec une force prodigieuse, et, loin de se prêter au mouvement d'ascension que je voulais lui donner, je le sentis qui cherchait à m'entraîner avec lui dans l'abîme. Si le tronc de l'arbre ne...
Page 170 - ... crispaient sur la mienne avec des efforts inouïs ; ses yeux flamboyaient, sa bouche écumait ; ses forces, dont il déplorait si douloureusement l'abandon un moment auparavant, lui étaient revenues, exaltées par la rage et la vengeance ; ses pieds s'appuyaient ainsi que deux leviers aux parois perpendiculaires du rocher, et il bondissait comme un tigre sur la racine qui, mêlée à ses vêtements, le soutenait malgré lui ; car il eût voulu la briser afin de peser de tout son poids sur moi...
Page 171 - Tiens bon ! me cria-t-il. Habibrah , craignant mon salut , me criait de son côté en écumant de fureur : — Viens donc ! viens ! Et il ramassait , pour en finir , le reste de sa vigueur surnaturelle. En ce moment , mon bras fatigué se détacha de l'arbre. C'en était fait de moi ! quand je me sentis saisir par derrière : c'était Rask.
Page 109 - Il serait même intéressant que vous déclariez, par un arrêté sanctionné de monsieur le général, que votre intention est de vous occuper du sort des esclaves. Sachant qu'ils sont l'objet de votre sollicitude...
Page 171 - Mais le fracas de la cascade et l'éloignement me laissaient bien peu d'espoir qu'il pût entendre ma voix. Cependant le nain, qui ne s'était pas attendu à tant de résistance, redoublait ses furieuses secousses. Je commençais à perdre mes forces, bien que cette lutte eût duré bien moins de temps qu'il ne m'en faut pour vous la raconter. Un tiraillement insupportable paralysait presque mon bras; ma vue...
Page 172 - Ses doigts engourdis et roides furent enfin contraints de me lâcher; la racine, si longtemps tourmentée, se brisa sous son poids; et, tandis que Rask me retirait violemment en arrière, le misérable nain s'engloutit dans l'écume de la sombre cascade, en me jetant une malédiction que je n'entendis pas, et qui retomba avec lui dans l'abîme.
Page 214 - NORTHERN REGIONAL LIBRARY FACILITY Bldg. 400, Richmond Field Station University of California Richmond, ÇA 94804-4698 ALL BOOKS MAY BE RECALLED AFTER 7 DAYS...
Page 171 - Un tiraillement insupportable paralysait presque mon bras; ma vue se troublait ; des lueurs livides et confuses se croisaient devant mes yeux ; des tintements remplissaient mes oreilles ; j'entendais crier la racine prête à rompre, rire le monstre prêt à tomber, et il me semblait que le gouffre hurlant se rapprochait de moi. Avant de tout abandonner à l'épuisement et au désespoir, je tentai un dernier appel : je rassemblai mes forces éteintes, et je criai encore une fois : Bug-Jargal ! Un...

Bibliographic information