Bulletin de la Société géologique de France

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 51 - Journal d'agriculture pratique et d'économie rurale pour le midi de la France, publié par les Sociétés d'agriculture de la Haute-Garonne et de l'Ariége.
Page 134 - Rhône (Extr. desAnnales de la Société royale d'agriculture de Lyon); in-8°, 44 p., 5 pi., 1 tableau. Lyon, 1843. De la part de MM. Lortet et Bravais , Rapport à M. le maire de Lyon sur les observations recueillies par la commission hydrométrique; in-8°, 8 p. , 5 tableaux. Lyon, 1844. De la part de M. le baron Jomard , Notice sur In vie et les ouvrages de C.-L.
Page 105 - Hôte sur une découverte de fossiles humains dans un bloc de pierre provenant de la montagne volcanique de Denite (Haute Loire], Une découverte d'ossements fossiles, qui se rattache à l'une des questions géologiques les plus controversées jusqu'à ce jour, vient d'enrichir les collections du musée du Puy d'un pièce paléontologique des plus remarquables. M. Bertrand de Doue, président de 1* Société académique du Puy.
Page 629 - ... que la température a varié à la surface de la terre. 4° Les espèces qui ont vécu dans les époques anciennes ont eu une distribution géographique plus étendue que celles qui existent de nos jours. 5° Les faunes des terrains les plus anciens sont composées d'animaux d'une organisation plus imparfaite, et le degré de perfection s'élève à mesure qu'on s'approche des époques les plus récentes. L'auteur pense que la première loi se confirmera tous les jours davantage à mesure que...
Page 254 - H tre à M. Elle de Beaumont. — Compt. rend., t. 8, p. 250253, 1839. 1229. — Sur la production des flammes dans les volcans et sur les conséquences qu'on peut en tirer. — Bull. de la Soc. géol., 2e sér., t. 2, p. 595-599 et Jameson's Journ., t. 36, n° 72, p. 231-236, april. 1844. 1230. — Lettre à M. Arago sur le tremblement du 14 août 1846, en Toscane. — Compt. rend., t. 23 p. 468-477, 31 août 1846. 1231. — Sur quelques phénomènes qui ont rapport avec...
Page 399 - Tous ces fossiles appartiennent à des espèces perdues , « mais dont les genres, encore vivants aujourd'hui, sont étran» gers à l'Europe. » Le lépidoptère diurne fait partie d'un de ces genres, dont les "espèces, assez peu nombreuses, sont confinées aujourd'hui » dans les îles de l'archipel Indien , ou dans les contrées les plus « chaudes du continent asiatique. D'après M. Blum , de Leyde , » ils voltigent ça et là à l'entour des palmiers , dont peut-être ils » se nourrissent...
Page 630 - ... actuelles. Ainsi, avec les spirifères et les productus, que l'on ne retrouve plus, vivaient dans ces mêmes terrains des térébratules, qui ont des formes très analogues à celles de tous les terrains subséquents et de l'époque actuelle. La même chose a lieu pour l'époque tertiaire ; car ces mêmes terrains, qui ont fourni des genres perdus remarquables dans l'ordre des pachydermes, présentent aussi quelques chauves-souris et quelques petits mammifères qu'on ne distingue qu'avec peine...
Page 444 - ... saison de l'été, à cause des fièvres dangereuses et prolongées qui régnent tous les ans à cette époque. On peut attribue'r ces maladies aux eaux stagnantes, à la chaleur, et à la grande quantité de dattes fraîches qui se mangent dans le pays en cette saison. * La moyenne de midi à une heure supposerait un abaissement considérable au-dessous du niveau moyen de la Méditerranée , niveau où le baromètre se tient à environ 763 millimètres. La hauteur moyenne du thermomètre centigrade,...
Page 578 - Si, frappé de cette suite d'événements, on porte les regards jusque dans l'Amérique du Nord , et si on y aperçoit encore une succession analogue, on sera convaincu alors que toutes les modifications des espèces , leur extinction et leur renouvellement ne sont pas dus à des changements de courants ou à d'autres causes plus ou moins locales ou temporaires, mais dépendent de lois plus générales qui gouvernent le règne animal tout entier.
Page 522 - Nous continuons notre route parla droite, et nous atteignons, par une pente assez douce, le point le plus bas de la crête qui sépare les deux cratères. Alors nous percevons plus fortement qu'auparavant l'odeur des vapeurs sulfureuses, dont nous étions déterminés à découvrir la source. Nous descendons donc, à la grâce de Dieu, sans savoir où nous...

Bibliographic information