Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, Volume 19

Front Cover
La Société, 1845 - Industrial arts
Vol. 85, no. 1 includes "Rapport pour l'année 1914 de M. Alphonse-Wehrlin...Historique de la société industrielle, son passe, son présent, son avenir" (p. [1]-35).
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 171 - Gouvernement se réunissent et sont misa la disposition du public. Il est vivement à désirer qu'une pareille institution soit établie chez nous. Une des causes qui nuit également à la solidité de nos relations avec l'étranger , c'est que le commerce d'exportation des produits manufacturés , qui doit être lié à celui d'importation , ou un commerce d'échanges , si puissant en Angleterre , en Amérique , et même dans les villes anséatiques , reste encore à créer en France. Les principales...
Page 182 - ... l'Etat un revenu de 10 à 12 millions, sans que ce droit soit motivé par le besoin de protection d'un produit naturel similaire? Quand il fut établi en 1816 , nos finances étaient obérées, et alors les cotons avaient une valeur sextuple (1) , sans compter que le commerce et l'industrie étaient dans un état prospère ; mais , aujourd'hui que tout cela est changé, ne serait-il pas temps de nous en dégrever ? Il est évident qu'un droit aussi énorme est un dommage écrasant pour cette...
Page 224 - F /tu . midité (ce qui occasionne des taches dans certains fonds de couleur), et présentant en outre l'avantage d'être plus élastique , de façon que la marchandise ne se chiffonne pas si facilement à la vente. Cet apprêt ne devrait pas être sensiblement plus cher que l'apprêt d'amidon ou de fécule.
Page 181 - Cette diminution devient de plus en plus une nécessilé impérieuse pour l'industrie cotonnière. Pour le coton en laine , par exemple , n'est-il pas contraire aux règles du bon sens , aux plus simples notions du commerce , de frapper une matière première , indispensable à la plus importante de nos industries, d'un droit qui monte à environ 20 à 25 p.
Page 171 - Angleterre le commerce et l'industrie sont admirablement servis par les nombreux consuls et agents de son Gouvernement ; les plus élevés en grade s'en occupent , ce qui est très-rarement le cas des diplomates et consuls français. Il existe , dans ce but , en Angleterre un bureau (board oftradej où tous les renseignements fournis par des agents du Gouvernement se réunissent et sont misà la disposition du public.
Page 179 - Et de 12 à 45 fr. sur les imprimés , plus ou moins , selon la quantité des drogues employées pour la teinture et l'impression. C'est en grande partie à la funeste mesure de la réduction du drawbac , réduit à moitié en 1834, qu'il faut attribuer l'expatriation de la fabrication du rouge d'Andrinople, qui avait acquis , dans nos contrées , de si beaux perfectionnements. Cette branche est presque morte chez nous ; la Suisse et Elberfeld s'en sont emparés. Ils ont sur...
Page 180 - ... sans toutefois avoir jamais réfuté les calculs par lesquels cette insuffisance est prouvée. Ayant peu d'espoir de faire revenir les Chambres et le Gouvernement de ce déni de justice , nous devons chercher à sortir par une autre voie de cette dommageable position. Elle nous est toute tracée p.ar l'exemple d'autres peuples, et nous croyons qu'elle est la meilleure: c'est la diminution graduelle des droits d'entrée sur les matières premières , telles que le coton , les matières tinctoriales...
Page 179 - ... l'expatriation de la fabrication du rouge d'Andrinople, qui avait acquis , dans nos contrées , de si beaux perfectionnements. Cette branche est presque morte chez nous ; la Suisse et Elberfeld s'en sont emparés. Ils ont sur nous l'avantage de ne pas payer de droits sur les cotons , sur les houilles , les savons , galles, graines, etc ; et cependant c'est encore la France qui fournit la plus grande partie de la garance nécessaire à cette importante fabrication. Mais , jusqu'ici , le Gouvernement...
Page 182 - ... similaire? Quand il fut établi en 1816 , nos finances étaient obérées, et alors les cotons avaient une valeur sextuple (1) , sans compter que le commerce et l'industrie étaient dans un état prospère ; mais , aujourd'hui que tout cela est changé, ne serait-il pas temps de nous en dégrever ? Il est évident qu'un droit aussi énorme est un dommage écrasant pour cette industrie , tant pour la consommation française que pour l'exportation. Chercher à le maintenir, c'est vouloir détruire...
Page 167 - ... dans les États-Unis , l'Amérique méridionale ; dans nos colonies , depuis que le sucre de betterave leur fait concurrence; dans le Levant, l'Espagne, les provinces du Zollverein , etc. On estime à plus de 700 millions de francs la valeur des exportations de l'Angleterre en cotonnades , tandis que la France n'en exporte que pour environ 100 millions , selon les...

Bibliographic information