Le cabinet des fées: ou, Collection choisie des contes des fées, et autres contes merveilleux, ornés de figures ...

Front Cover
et se trouve à Paris, rue et Hotel Serpente, 1786 - Fairy tales
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 341 - L'inconnu e'tant le lendemain entièrement rétabli , parut devant moi avec une grâce toute fingulière ; Madame , me dit-il, les habillemens qui vous couvrent font trop ignobles > & puifque vous n'en avez pas de votre fexe > daignez du moins en accepter quelques-uns de ceux que la mer m'a.
Page 307 - ... êtes à tous momens dans l'appréhenfion de les perdre : fi > au contraire > malgré toutes les peines que vous vous donnez pour leur éducation , ils fe tournent du mauvais côté, dans quelles cruelles agitations n'êtes-vous pas à toutes les heures du jour ? leurs débauches ne font-elles pas la fource de mille malheurs que vous ne fauriez prévoir? Faites donc bien réflexion à ce que je vous dis : fi, cependant> vous ne...
Page 352 - Oh , ciel 1 s'écria ce guerrier , eft-il poffible que je fois aflez heureux pour pouvoir fi-tôt m'acquitrer envers vous d'une partie de ce que je vous dois ? A ces mots Cothbedin , fans lui dire fon nom , ni le mien , lui ayant feulement appris en peu de mots notre naufrage & l'attente d'une mort prefque certaine, ou tout au moins d'une vie très-languiffante fans fon fecours , le guerrier marqua une joie infinie de pouvoir nous emmener fur fou bord.
Page 306 - Ce ne fut point fans une extrême douleur que nous vîmes partir ce grand homme j mais enfin il fallut nous conformer à fes volontés , & mon mari profitant exactement de fes confeils, fe renferma dans fon cabinet, & s'adonna uniquement à l'étude. Comme les vrais philofophes fe cachent extrêmement , & que leur vie n'eft pas en sûreté lorfque l'on fait que la nature eft pour eux fans voile, Bahalul fe communiquoit très-rarement , & ne recevoit prefque de vifites que du juif qui achetoit de...
Page 421 - Mon père ayant appris cet arrêt , courut fo jetter aux pieds du fultanj il n'en obtint rien, & la dureté de ce monarque lui fut fi fenfible , qu'étant rentré chez lui, il en mourut de douleur» je m'évanouis à cette nouvelle & à celle de mon arrêt , dont le concierge de la prifon m'inftruifit affez indifcrètement, & je ne compris qu'alors combien il eft néceffaire, quand on eft en place* de fe faire des amis & des créatures , en apprenant que non - feulement qui que ce foit * excepté...
Page 162 - L'affront que je venois de recevoir étoit trop public pour ne pas aigrir mon père au dernier point : il me défendit fous peine de fon indignation , de retomber jamais dans la même faute. Mais , Madame , que j'avois peu d'inclination à lui obéir ! la belle Abdarmon avoit fait trop...
Page 339 - MOCOLS. inous flatter d'avoir un fort plus favorable , & n'aurions-nous pas été plus heureux de trouver la fin de nos maux dans le fond de la mer , que d'avoir à craindre dans ces lieux , toutes les misères qui précéderont une mort que je regarde comme infaillible ? Je ne pus achever ces mots , fans verfer des larmes en abondance...
Page 392 - Albacrt , j'ai traverfé la mer d'Arabie, une partie de l'océan Indien, & depuis Dabul jufqu'ici, je fuis venu par terre pour te voir. Pour me voir , répondit l'aveugle avec furprife ! Qu'y at-il donc de fi rare en moi , pour t'avoir engagé à faire tant de chemin ? car il faut que tu ayes fait plus de huit cens lieues pour cela : je n'en ai effectivement guère moins fait , & même peut-être plus, par rapport aux différens événemens qui nous font furvenus dans ce voyagej mais je m'eftimerai...
Page 349 - ... de plufieurs coups, il difputoit fa vie avec plus de courage que d'efpérance, & ayant affaire à des gens fans générofité > fans clémence, & animés de fureur de voir combien ils avoient perdu de monde dans ce combat, il alloit fuccomber fous le nombre , lorfque le prince de Vifapour envifageant le capitaine du...
Page 45 - Mefrour regarda avec attention fes habits, il refla quelques momens interdit ; mais ayant enfuite jeté la vue à fon tour fur Giaffar, il ne put s'empêcher de rire en le voyant ainfi barbouillé: Salut au beau brun,. lui répondit-il d'un air fort bouffon , l'on voit bien à fon teint frais qu'il a dormi d'un fommeil tranquille.- Giaffar, furpris de cette réponfe > examina fes mains & fon. habit d'efclave, rêva quelque...

Bibliographic information