Caius Caligula, drame

Front Cover
1833
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page xix - Un auteur à genoux , dans une humble préface , . Au lecteur qu'il ennuie a beau demander grâce ; II ne gagnera rien sur ce juge irrité, Qui lui fait son procès de pleine autorité.
Page xvi - Les lois, dans la signification la plus étendue, sont les rapports nécessaires qui dérivent de la nature des choses ; et, dans ce sens, tous les êtres ont leurs lois : la divinité a ses lois, le monde matériel a ses lois, les intelligences supérieures à l'homme ont leurs lois, les bêtes ont leurs lois, l'homme a ses lois.
Page 183 - Il sentait luimême son mal et l'altération de sa raison, et il avait songé plusieurs fois à y porter remède. On croit que Césonie lui donna un philtre amoureux, qui n'eut d'autre effet que de le rendre furieux. Il était tourmenté surtout de l'insomnie. Jamais il ne pouvait dormir plus de trois heures, encore d'un sommeil inquiet et troublé par des fantômes et des songes bizarres. Il rêva une fois que la mer lui parlait. Aussi la plus grande partie de la nuit, las de veiller dans son lit,...
Page xi - ... votre devise. Combien de rois, grands dieux! jadis si révérés, Dans l'éternel oubli sont en foule enterrés! La terre a vu passer leur empire et leur trône. On ne sait en quel lieu florissait Babylone. Le tombeau d'Alexandre, aujourd'hui renversé, Avec sa ville altière a péri dispersé. César n'a point d'asile où son ombre repose ; Et l'ami Pompignan pense être quelque chose!
Page 182 - Antium ou à Alexandrie après avoir fait périr tout ce qu'il y avait de plus illustre dans les deux premiers ordres de l'état. On ne saurait en douter, puisque l'on trouva dans ses papiers deux , mémoires intitulés , l'un LE GLAIVE , et l'autre LE POIGNARD : c'était la liste de tous ceux qu'il destinait à la mort. On lui trouva aussi une grande cassette pleine de poisons. Claude les fit jeter dans la mer; les flots en furent infectés, et la marée jeta sur le rivage quantité de poissons...
Page 177 - Caius insultait souvent à sa vieillesse, le traitait d'efféminé, lui reprochait avec outrage ses mœurs molles et déréglées ; et quand il lui demandait • le mot du guet , il lui donnait Priape ou Vénus , ou lui présentait sa main à baiser avec un geste obscène.
Page 175 - ... mère, il l'honora du nom de son épouse , se déclara le père de la fille qu'elle mit au monde, l'appela JULIE DRUSILLE, la fit porter dans les temples des déesses, et la plaça dans le sein de Minerve, à qui il donna le soin de la nourrir et de l'élever. Rien ne lui prouvait plus que cette fille était à lui , que la férocité qu'elle faisait paraître, et qui était telle, qu'elle portait ses ongles aux yeux des enfans qui jouaient avec elle.
Page 179 - MAIS ENCORE DES GLAIVES. Un citoyen qui avait été préteur , et qui était retiré à Anticyre pour sa santé , demandait la permission d'y faire un plus long séjour : il ordonna qu'on le tuât , disant qu'il lui fallait une saignée , puisque l'ellébore ne lui servait de rien. Tous les dix jours il faisait la liste des prisonniers qu'il fallait exécuter, et il appelait cela APURER SES COMPTES. Ayant condamné en même temps des Grecs et des Gaulois , il se vantait d'AVOiR SUBJUGUÉ LA GALLOGRÈCE...
Page 175 - ... précipité du haut du roc Tarpeïen. Il condamna aux mines ou aux travaux des chemins ou aux bêtes une foule de citoyens distingués, après les avoir fait marquer d'un fer chaud, ou bien il les faisait entasser dans des caves où ils étaient obligés de se tenir dans la posture des bêtes à quatre pattes , ou il les faisait scier en deux; et ce n'était pas pour des causes graves, mais pour n'avoir pas été contents d'un de ses spectacles , ou pour n'avoir jamais juré par son génie. Il...
Page 178 - Pison, qui venait d'épouser Orestilla, il amena cette femme chez lui, la répudia en peu de jours, et, deux ans après, l'exila, sous prétexte que, dans cet intervalle, elle avait revu son premier mari. D'autres disent qu'étant assis vis-à-vis de Pison au festin nuptial, et le voyant près d'Orestilla, il lui dit : « Ne presse pas ma femme de si près ; » que sur-le-champ il s'en empara, et...

Bibliographic information