Chefs-d'œuvre des auteurs comiques ...

Front Cover
Firmin Didot Frères, 1845 - French drama (Comedy)
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 63 - J'aurai donc à mon tour des gens à mon service. Dans le commandement je serai peu novice ; Mais je ne serai point dur, insolent, ni fier, Et me rappellerai ce que j'étais hier ; Ma foi, j'aime déjà ma ferme à la folie. Moi ! gros fermier ! j'aurai ma basse-cour remplie De poules, de poussins que je verrai courir : De mes mains chaque jour je prétends les nourrir. C'est un coup d'œil charmant ! et puis cela rapporte.
Page 13 - Et fait pour éblouir des sots ou des coquettes; Mais un esprit solide, aussi juste que fin, Soutenu, délicat, et.. .de l'esprit enfin. Aussi je le pourrais distinguer entre mille : Sophie , en un clin d'œil , reconnut son Émile.
Page 62 - C'est quelque chose encor que de faire un beau rêve. A nos chagrins réels c'est une utile trêve. Nous en avons besoin : nous sommes assiégés De maux dont à la fin nous serions surchargés, Sans ce délire heureux qui se glisse en nos veines.
Page 21 - J'ai cent preuves, ici, de leur lâche conduite, Et cependant il faut que je prenne la fuite. La loi donne aux méchants son approbation , Et l'exil est le prix d'une bonne action.
Page 62 - A nos chagrins réels c'est une utile trêve. Nous en avons besoin : nous sommes assiégés De maux dont à la fin nous serions surchargés Sans ce délire heureux qui se glisse en nos veines. Flatteuse illusion! doux oubli de nos peines! Oh ! qui pourrait compter les heureux que tu fais ? L'espoir et le sommeil sont de moindres bienfaits. Délicieuse erreur! tu nous donnes d'avance Le bonheur que promet seulement l'espérance. Le doux sommeil ne fait que suspendre nos maux ; Et tu mets à la place...
Page 140 - Vous devez voir pour vous jusqu'où va ma tendresse, Comme au moindre signal je vole , je m'empresse ; Comme je mets au rang des plaisirs les plus doux Celui de vous servir, d'avoir bien soin de vous. Ce n'est point l'intérêt, le devoir qui me mène , C'est l'amitié, le cœur; cela se voit sans peine... Enfin , sur le motif qui me faisait agir On s'est mépris...
Page 36 - Oh! s'il faut du courroux Et sortir hors des gonds, à son tour, pour répondre , On aura de l'humeur, et de quoi vous confondre. J'entends , je vois , je sens l'objet dont il s'agit , Et par tous ses côtés , et dans tout son esprit. Mais faut-il pour cela, suivant votre marotte, Dans les événements faire le don Quichotte?
Page 76 - Vers votre ami , monsieur ! Comment de votre bouche Ce nom peut-il sortir ainsi, sans qu'il vous touche? Et savez-vous quel sort le menace à présent? Ce qu'on a fait de lui? ce qu'il fait? ce qu'il sent? Ce dont il a besoin?... qu'il réclame peut-être? Eh! devant lui, du moins, hâtons-nous de paraître; Et s'il peut être vrai qu'on peut l'abandonner, Qu'il ne puisse, monsieur, du moins Je soupçonner.
Page 96 - J'ai donc feint d'ignorer que chacun à l'envi, Dans la maison, volait, pillait à sa manière : Sans parler des envois de notre cuisinière, Qui ne fait que glaner; madame Evrard tout bas Moissonne, et chaque jour amasse argent, contrats. Ambroise est possesseur d'une maison fort grande, Achetée aux dépens de qui?
Page 155 - L'ami dont je parlais, le seul que j'aie au monde, Et sur qui désormais tout mon bonheur se fonde, A dans la capitale un très proche parent : Il m'en parlait sans cesse, et toujours en pleurant, « Oui, me dit-il un jour, vous êtes vertueuse, Jeune, douce, surtout vous êtes malheureuse ; Il doit vous secourir, et je vous le promets.

Bibliographic information