Chefs-d'œuvre des auteurs comiques: Dancourt, Dufresny. 1860

Front Cover
Firmin Didot Frères, 1845 - French drama (Comedy)
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 23 - SERREFORT. Non, Madame ; et si vous êtes sage, ce que j'ai à vous dire vous réveillera terriblement, au contraire. MADAME PATIN. Ne prêchez donc pas longtemps, je vous prie.
Page 197 - Eh, non ! les filles vont par un côté et les garçons par un autre. COLETTE. Mais tout revient au même, on se retrouve ? MAROTTE. Eh! vraiment oui, il faut bien qu'on arrive ! COLETTE. Tenez, mes cousines, voilà un sot voyage, vous avez beau dire. MAROTTE. Un sot voyage? presque tout le village le fait : est-ce que tout le village voudrait faire une sottise?
Page 24 - ... suis plus depuis mon veuvage, je vous renonce pour mon beau-frère, Monsieur Serrefort; et, puisque jusqu'ici mes dépenses, la noblesse de mes manières, et tout ce que je fais tous les jours, n'ont pu me corriger du défaut d'avoir été la femme d'un partisan, je prétends...
Page 252 - Ma femme n:est pas à beaucoup près si extravagante que sa sœur, et toutes lés tentatives que j'ai faites pour régler son esprit et ses manières n'ont jusqu'à présent servi de rien; je serai réduit, je pense, pour éviter les altercations que nous avons tous les jours ensemble à prendre le parti d'extravaguer avec elle, puisqu'il n'ya pas moyen qu'elle soit raisonnable avec moi.
Page 64 - Eh bién, morbleu! ne vous l'avois-je pas bien dit? La baronne et elle se sont expliquées. LE CHEVALIER. Il s'en est encore trouvé une troisième, qu'elle ne m'a nommée qu'en la traitant de petite étourdie : il faut que ce soit ma petite brune. CRISPIN. Comment diable ! est-ce qu'elle avoit aussi les mêmes vers ? LE CHEVALIE».
Page 17 - Je ne suis pourtant pas mal auprès d'elle. CRISPIN. En quatre jours! Voilà une conquête bien difficile, vous avez raison. LE CHEVALIER. Elle a un père extrêmement bizarre, à ce qu'elle m'a dit ; et ce n'est que sous le prétexte d'aller voir une certaine tante, qu'elle trouve moyen de venir les soirs à la promenade. cmspiN. Toute jeune et toute petite personne qu'elle est, elle ment déjà à la perfection, n'est-ce pas? LE CHEVALIER.
Page 238 - L'incident est trop naturel. Vous aimez la bonne chère , monsieur Caton. M. CATON. C'est une pièce qu'on me fait, monsieur Dubuisson. M. DUBUISSON lit.
Page 81 - N'at-on point eu de nouvelles de ma nièce ? LISETTE. Non, Madame. MADAME PATIN. Je voudrais bien qu'elle fût ici avec son amant, et qu'on les pût marier aussi cette nuit. LISETTE. Oui, Madame ? MADAME PATIN. Oui, vraiment; et je ne sais ce qui me fera le , plus de plaisir, d'épouser le chevalier, ou de désespérer Monsieur Serrefort.
Page 35 - ... de madame ; mais on trouve sa cause fort mauvaise. LA BARONNE. Madame , on a menti ; je la maintiens bonne. Demandez à monsieur le chevalier, il la sait sur le bout de son doigt. Contez , contez-la un peu à madame. LE CHEVALIER. Vous avez tant d'affaires, madame , que je ne sais pas de laquelle il est question ; je sais seulement qu'elles sont toutes aussi claires que le jour, et accompagnées de certaines circonstances dont je ne me souviens pas bien , mais qui sont les plus justes du monde...
Page 18 - Hé ! monsieur , c'est, par exemple, un fort beau carrosse qu'elle a fait mettre sous une de vos remises , deux gros chevaux dans votre écurie , un cocher et un gros barbet qui ont amené tout cela , et que je vais renvoyer , puisque vous le voulez. LE CHEVALIER. Non-, non , demeure. Cette pauvre femme ! elle m'aime dans le fond, et je ne veux pas la fâcher.

Bibliographic information