Chefs-d'oeuvre du théatre espagnol: Caldéron (t.1-2)

Front Cover
Chez Ladvocat, libraire, 1822 - Spanish drama
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 53 - ... a pu avoir une telle faiblesse. — Roi, je suis ton esclave; dispose de moi et de ma liberté, je n'en veux pas à ce prix... Henri, retournez dans notre patrie; dites que vous m'avez laissé enseveli en Afrique. Chrétiens, Fernand, le grand-maître d'Avis, a cessé de vivre. Mores, un esclave vous reste. Captifs, un compagnon de plus partage aujourd'hui vos travaux. Ciel, un homme a maintenu l'intégrité de tes églises. Mer, un infortuné par ses pleurs grossira tes ondes amères. Montagnes,...
Page ix - LE COMTE DE SAINTE-AULAIRE, LE COMTE ALEXIS DE SAINTPRIEST, JULES SALADIN, LE BARON DE STAËL, TROGNON , VILLEMAIN, MEMBRE DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE; VINCENS DE SAINT-LAURENT, VISCONTI.
Page 51 - ... arbora le premier sur ses créneaux le drapeau portugais. Et ceci est encore ce qui importe le moins. Mais cette ville confesse le vrai Dieu suivant la foi catholique ; elle a obtenu des églises où son culte sacré se célèbre avec respect, avec amour : serait-il digne d'un prince pieux, d'un chrétien, d'un Portugais, de donner son consentement à ce que dans ces temples du...
Page 52 - ... un frisson glacé parcourir mon corps. . . Des étables et des crèches ont déjà été une fois le temple de Dieu; elles l'ont reçu dans leur sein... Mais des mosquées, ce serait le tombeau de notre honneur, l'écriteau de notre infamie, où le monde entier lirait ces mots : « Ici Dieu avait un saint asile, et des chrétiens le lui ont enlevé pour le donner au démon ! » Oserions-nous donc affronter Dieu dans sa propre demeure? Oserions-nous y conduire, y protéger l'impiété, et pour...
Page 55 - ... confère, je te commande de me rendre cette place. DON FERNAND. Dieu ordonne au serviteur d'obéir à son maître en ce qui est juste; mais si le maître commande à son esclave de pécher, celui-ci ne lui doit point l'obéissance; car pour être commandé, le péché n'en est pas moins péché. LE ROI. Je te donnerai la mort. DON FERNAND. Ce sera pour moi le commencement de la vie. LE ROI. Eh bien ! pour que tu n'aies pas même cette espérance, je ferai de ta vie une longue mort. Tu verras...
Page 54 - ROI. Étant mon esclave, tu ne peux rien avoir à toi. Ceuta est aujourd'hui en ton pouvoir : si tu es mon esclave, si tu me reconnais pour maître, pourquoi ne pas me la donner? DON FERNAND. Parce que c'est à Dieu et non pas à moi qu'elle appartient. LE ROI. La loi de Dieu n'ordonne-t-elle pas d'obéir...
Page 53 - ... les cacher dans mon sein, pour qu'il n'en reste pas le moindre vestige qui apprenne au monde que la noblesse portugaise a pu avoir une telle faiblesse. — Roi, je suis ton esclave; dispose de moi et de ma liberté, je n'en veux pas à ce prix... Henri, retournez dans notre patrie; dites que vous m'avez laissé enseveli en Afrique. Chrétiens, Fernand, le grand-maître d'Avis, a cessé de vivre. Mores, un esclave vous reste. Captifs, un compagnon de plus partage aujourd'hui vos travaux. Ciel,...

Bibliographic information