Chronique de Jean le Bel: publiée pour la Société de l'histoire de France, Volume 2

Front Cover
Librairie Renouard, H. Laurens, successeur, 1905 - France - 4 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 32 - ... luy, plourant tendrement, luy disant quant elle poeut parler : « Certes, sire, je ne suys pas digne de couchier en lit de si vaillant homme comme vous estes. » Le bon chevalier fut tout esbahy de ces parolles, et angoisseux de sçavoir le pourquoy; il luy dist : « Saincte Marie! dame, qu'est-ce que vous dittes ! Vrayement, il me fault sçavoir la cause. » La bonne dame qui eut aussy chier luy dire tost que tart, luy descouvri toute la chose du commencement jusques en la fin. Se le vaillant...
Page 65 - Sauve la grâce de chascun, je ne le fais pas pour porter partie, ains le fais pour honnourer celluy qui en ceste hystoire s'est porté le plus noblement : c'est le noble roy Edowart, que on ne pourroit trop...
Page 341 - Edward par la grace de Dieu Roi Dengleterre et de France et Seigneur Dirlande a notre cher et foial William Trussel gardein de notre chastel de Odyham saluz.
Page 10 - Je ne sçay pas dire toutes les aventures qui leur sourvindrent, car je ny fus pas, et ceulx qui m'en ont raconté m'en ont dit en tant de diverses manières que je ne m'en sçay à quoy tenir de la vérité.
Page 105 - Edowart a voit ordonné ses batailles. Sachiez que le vaillant roy d'Angleterre sceut bien le vendredi au vespre que le roy Philippe estoit [à] Abbeville, à tout grande chevalerie. Si en fist grande chiere et dist à ses gens que chascun s'alast reposer et priast à Nostre Seigneur que il le voulsist laissier partir de la besongne à honneur et à joye, car il estoit sur son droit heritage, sy le deffendroit et n'iroit plus avant ne plus arriere, mais se le roy Philippe vouloit là venir, il l'attendroit.
Page 10 - J'ay trouvé en ung livre rimé, que ung jongleur a fait, tant de bourdes et de menteries, que je ne les oseroie dire'.
Page 200 - ... gentil connestable qui ainsy fut mené , car moult estoit amé , et ne sçavoit nul deviser pour quoy le roy luy faisoit cela. Le roy jura lendemain, par devant les amez du connestable qui prioient pour luy, que jamais il ne dormiroit, ne jà pour ung ne pour aultre il ne le lairoit que il ne luy fist la teste copper ; et ainsy fut fait la nuit mesmes en la tour du Louvre, sans loy et sans jugement, de quoy toutes gens furent dolens et couroussiez, et le roy durement blasmé et moins amé ; et...
Page 91 - ... mener là où elles voulurent aler. Et se loga la nuit tout l'ost en la ville et es villages d'autour, et le roy ou plus beau chasteau. Les bonnes gens de la ville parlementèrent aux mestres et mareschaulx de l'ost, et tant traitèrent que la villes seroit rachetée de brûler par une certaine somme de florins à payer au matin. Quant ce vint au matin, le roy à tout l'ost se parti, et furent aucuns laissiez pour rechepvoir le rachat de ladite ville de Poix. Maiz quant ceulx de la ville furent...
Page 30 - Salbry, qu'il ne s'en pouoit aucunement retraire ne déporter pour refus n'escondit qu'elle luy sceut faire, ne pour humblement prier, ne pour dure parolle. Si avint aprez ce qu'il eut envoyé le vaillant conte de Salbry en Bretaigne, mary de la bonne dame, avecques messire Robert d'Artois, il ne se 1.

Bibliographic information