Chroniques de Froissart, Volume 13

Front Cover
Verdière, J. Carez, 1824 - Foreign Language Study
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 53 - derrière.il cuidoit (croyoit) que ce fût le duc deTouraine qui s'ébattoit à lui et à ses gens: «Monseigneur, par ma foi, c'est mal fait; mais je le vous pardonne, car vous êtes jeune, si sont tous revaux et jeux en vous. » A ces mots dit messire Pierre de Craon, en tirant son épée hors du
Page 142 - furent portés à leurs hôtels et moururent dedans deux jours à grand'peine et martire (l) . Ainsi se dérompit cette fête et assemblée de noces en tristesse et en ennui, quoique l'époux et l'épouse ne le pussent amender. Car on doit supposer et croire que ce ne fut point leur coulpe (faute), mais
Page 88 - son chef un single (simple) chaperon de vermeille écarlate, et un chapelet de blancs et grosses perles que la, reine sa femme lui avoit donné au prendre congé ; et étoit un sien page qui chevauchoit derrière soi et portoit sur son chef un chapel de Montauban fin clair et net tout d'acier qui
Page 86 - Charles de La Breth (Albret) messire Philippe d'Artois, messire Henry et messire Philippe de Bar, messire Pierre de Navarre et tous les seigneurs chevauchoient par routes. Le duc de Bourbon, le sire de Coucy, messire Charles de Hangiers,le baron d'Ivry et tous autres, en sus et hors de la route (troupe) du roij et devisoient et
Page 50 - dit : et la vaisselle. JAB Or avint que, ce jour du Saint Sacrement, le roi de France, en son hôtel de Saint-Pol à Paris, avoit tenu de tous les barons et seigneurs, qui pour ce jour étoient à Paris, cour ouverte, et fut ce jour le roi en très grand soûlas et aussi fut la
Page 72 - ce temps que ces choses s'approchoient grandement et que le roi étoit sur le point de son parlement de la cité de Paris et de prendre le chemin tout premier, pour mieux montrer que la querelle étoit sienne, fut fait un échange de terres et de pays au profit grandement du duc de Touraine,
Page 53 - roule (troupe) qui s'avancent,et premièrement ils entrèrent entre les gens du connétable qui étoient sans lumière, sans parler ni sans écrier. Tout premier on prit les torches et furent éteintes et jetées contre terre. En les prenant le connétable avoit parlé tout bas et dit ainsi, pointant que quand il sentit l'effroi (bruit) des chevaux,
Page 139 - et les chevaliers et écuyers qui dansoient. Assez tôt après ce, vint le duc d'Orléans et entra en la salle; et avoit en sa compagnie quatre chevaliers et six torches tant seulement, et rien ne savoit du commandement qui fait avoit été, ni des six
Page 73 - il résigna en la main du roi son frère la duché de Touraine et toutes les appendances; et tantôt lui rendit le roi, et donna en don et en hommage la duché d'Orléans, qui mieux valoit que les quatre, en la forme et manière que le duc Philippe d'Orléans
Page 245 - de Hainautdont je suis de nation, et je parlerai de cette matière, sachez que j'en serai examiné et demandé moult avant, car vêla nos seigneurs le duc Aubert de Bavière, comte de Hainaut, de Hollande et de Zélande, et son fils Guillaume de Bavière qui s'esciïpsent (écrivent) seigneurs de Frise, qui est