Claire d'Albe, Volume 2

Front Cover
1808
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 37 - Frédéric, je vous aime, et n'ai jamais aimé que vous; l'image dé votre bonheHr, de ce bonheur que vous me demandez et que je pourrais faire, égare mes sens et trouble ma raison ; pour le satisfaire, je compterais pour rien la vie, l'honneur et jusqu'à ma destinée future : vous rendre heureux et mourir après, ce serait tout pour Claire, elle aurait assez vécu; mais acheter votre bonheur par une perfidie, Frédéric, vous ne le voudriez pas...
Page 114 - J'irai lentement errer dans la cam* pagne; là, choisissant des lieux écartés, j'y cueillerai quelques fleurs sauvages et desséchées comme moi, quelques soucis, emblèmes de ma tristesse : je n'y mêlerai aucun feuillage, la verdure est morte dans la nature, comme l'espérance dans mon cœur. Dieu ! que l'existence me pèse ! l'amitié l'embellissait jadis, tous mes jours étaient sereins; une voluptueuse mélancolie m'attirait sous l'ombre des bois, j'y jouissais du repos et du charme de la...
Page 105 - ... et je sens que son silence me prescrit de guérir sans me plaindre. Elise, tu peux me croire, le règne de l'amour est passé ; mais le coup qu'il m'a porté a frappé trop violemment sur mon cœur, je n'en guérirai pas; il est des douleurs que le temps peut user ; on se résigne à celles émanées du ciel ; on courbe sa tête sous les décrets éternels, et le reproche s'éteint quand il faut l'adresser à Dieu. Mais ici tout conspire à rendre ma peine plus cuisante, je ne peux en accuser...
Page 44 - Frederic ! s'il est vrai que je te sois chère, apprends de moi à chérir assez notre amour pour ne le souiller jamais par rien de bas ni de méprisable. Si tu es tout pour moi, mon univers, mon bonheur, le dieu que j'adore...
Page 33 - ... quand tu es loin de moi ; mais , si j'entends le son de ta voix , si tu fais un mouvement, si mes regards rencontrent tes regards , si je te presse doucement sur mon sein...., alors ce n'est plus seulement mon cœur qui palpite, c'est tout mon être , c'est tout mon sang...
Page 149 - Claire, et le sceau de la mort est déjà empreint dans tous ses traits : il veut parler, et ne peut articuler un mot ; la violence de la douleur a suspendu son être. Claire, toujours immobile, les bras étendus vers lui, laisse échapper le nom de Frédéric. A cette voix il retrouve la chaleur et la vie, et saisissant sa main décolorée : Non, s'écrie-t-il, tu ne l'as pas cru que Frédéric ait cessé de t'aimer ; non, ce blasphème horrible, épouvantable, a été démenti par ton cœur. O...
Page 154 - ... elle n'est plus à la vertu; Frédéric est tout, Frédéric l'emporte.... ..Elle l'a goûté dans toute sa plénitude, cet éclair de délice qu'il n'appartient qu'à l'amour de sentir...
Page 34 - Claire., seule tti réunis ce mélange inconcevable de décence et de volupté qui éloigne et attire sans cesse, et qui éternise l'amour. Seule tu réunis ce qui commande le respect et ce qui allume les desirs ; mais comment exprimer ce qu'est et ce qu'inspire une femme enchanteresse, la plus parfaite de toutes les créatures, l'image vivante de la divinité, et quelle langue sera digne...
Page 44 - ... partie du sentiment qui m'entraîne, je ne suis point coupable. Aije pu l'empêcher de naître? suis-je maîtresse de l'anéantir ? Dépend-il de moi d'éteindre ce qu'une puissance supérieure alluma dans mon sein ? Mais., de ce que je ne puis donner de pareils sentirnens à mon époux, s'ensuit-il que je ne doive point lui garder la foi jurée...
Page 55 - N'est-ce pas ce matin qu'il nous a quittés ? Je ne sais plus comment marche le temps : il me semble que tout ce qui s'est passé dans mon ame depuis hier, n'a pu avoir lieu dans un, espace aussi court ..... Cependant, il est bien vrai, c'est ce matin que Frédéric s'est arraché d'ici ; je n'ai compté que douze heures depuis son départ ; pourquoi donc le son de l'airain at-il pris quelque chose de si lugubre? Chaque fois qu'il retentit , j'éprouve un frémissement involontaire ..... Pauvre Frédéric...

Bibliographic information