Claude Gueux

Front Cover
UNIVERS POCHE, Oct 25, 2012 - Fiction - 63 pages
1 Review

Claude Gueux, dont le seul nom évoque Les Misérables et annonce avec trente ans d'avance l'immense Jean Valjean, était un pauvre diable, sans doute une crapule. En 1831, condamné pour vol à huit ans de prison, harcelé par son gardien-chef, il assassine celui-ci à coup de hache. On l'a poussé au crime, il le jure. Ses codétenus le soutiennent. Ses juges l'envoient néanmoins à l'échafaud.

De ce sordide fait-divers et de ce procès, Hugo va faire le plus violent et le plus passionné des réquisitoires. Contre la peine de mort d'abord, que cet ouvrier, ce damné de la terre ne méritait pas. Contre une société inhumaine ensuite.

" Le peuple souffre, le peuple a faim, le peuple a froid. La misère le pousse au crime et au vice. " Ouvrez des écoles, vous fermerez les prisons.

Hugo invective, il hurle son indignation. Et plaide pour la noblesse de l'être humain.

What people are saying - Write a review

LibraryThing Review

User Review  - john257hopper - LibraryThing

Claude Gueux Short but powerful story showing the lengths a man will go to when unjustly condemned for stealing to feed his hungry family. This was written as a young man but also shows the fiery passion for social justice that is more closely identified with the author's later years. Read full review

Other editions - View all

About the author (2012)

Victor Hugo est né à Besançon en 1802. Tout en suivant des études de philosophie et de mathématiques au lycée Louis-le-Grand, il s'adonne déjà à la poésie. Il obtient ses premiers succès avec les Odes et Poésies diverses (1822) et s'impose comme chef de file du mouvement romantique après l'ardente " bataille " autour de son drame Hernani (1830). Dès lors, sa réputation ne cesse de croître (Ruy Blas, drame donné en 1838, Les Rayons et les Ombres, 1840) ; il se tourne vers la politique, et rejoint le camp des " libéraux ". Mais le coup d'État de Napoléon III le contraint à un long exil. Réfugié à Guernesey, il multiplie les chefs-d'œuvre : Les Châtiments (1853), Les Contemplations (1856), Les Misérables (1859), La Légende des siècles (1859-1883). Après la chute du second Empire (1870), son retour en France est triomphal. Il ne cessera d'écrire (Quatrevingt-treize, roman, 1874, L'Art d'être grand-père, 1877) jusqu'à sa mort en 1885 à Paris, suivie de monumentales funérailles nationales au Panthéon.

Bibliographic information