Collection des chroniques nationales français: écrites en langue vulgaire du treizième au seizième siècle, Volumen 29

Portada
Jean Alexandre C. Buchon
Verdière [et] J. Carez, 1826
 

Comentarios de usuarios - Escribir una reseña

No hemos encontrado ninguna reseña en los sitios habituales.

Páginas seleccionadas

Índice

Otras ediciones - Ver todo

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 242 - Item, est accordé que tantôt après notre trépas et dèslors en avant, la couronne et royaume de France , avec tous leurs droits et appartenances , demeureront et seront perpétuellement à notredit fils le roi Henri, et à ses hoirs.
Página 59 - ... par la grâce de Dieu, reine de France; ayant , pour l'occupation de monseigneur le roi, le gouvernement et administration de ce royaume, par l'octroi irrévocable à nous sur ce fait par mondit seigneur et son conseil.
Página 241 - Henri ne nous troublera ou empêchera , comme devant est dit, que nous ne tenons et possédons tant que nous vivrons , ainsi que nous tenons et possédons de présent, la couronne et dignité royale de France, et les revenus , fruits et profits d'iceux, à la soutenance de notre état des charges du royaume ; et que...
Página 159 - Sire , vous dites votre plaisir ; mais devant » qu'ayez débouté inaaseigneur et nous hors de » son royaume, vous serez bien lassé ; et de ce ne » faisons nulle doute. » Entre lesquelles paroles et plusieurs autres , lesquelles seroient trop longues à écrire, se départirent , prenant congé l'un à l'autre, et retournèrent, comme dit est , ès lieux dont ils étoient partis. Et brefs jour ensuivant, vint audit lieu dePontoise, messire Jean de Luxembourg , atout grand...
Página 229 - Bourgogne , sachant que par le moyen de la dessusdite alliance, il étoit en péril de perdre sa seigneurie , et l'attente qu'il avoit à la couronne de France. Néanmoins il eut conseil de pourvoir à son fait , et lui défendre au mieux qu'il pourroit. Si fit garnir de ses gens plusieurs villes qui étoient sur les frontières de ses adversaires, et y constitua capitaines des plus féables de son parti. Entre lesquels mit à...
Página 162 - La paix était conçue à peu près dans ces termes : « ( lliaries , fils du roi de France , Dauphin de Viennois , duc de Berri et de Touraine, comte de Poitou, et Jean, duc de Bourgogne , comte de Flandre , d'Artois et de Bourgogne , palatin , seigneur de Salins et de Malines, à tous ceux qui les présentes verront, salut.
Página 100 - Et pour tant que les prisonniersdu grand Châtelet étoient garnis d'armures et de trait , ils se défendirent moult fort , et navrèrent, et occirent plusieurs merdailles d'icelles communes; mais le lendemain par feu , fumée et autre assaut furent pris ; et en...
Página 419 - ... dedans la fosse ; et puis mirent leurs masses en bas , ce dessous-dessus. Et lors le roi d'armes de Berry, accompagné de plusieurs héraults et poursuivants, cria dessus la fosse : «Dieu veuille avoir » pitié et merci de l'ame de très haut et très excel...
Página 251 - Bourgogne etdes autres nobles du royaume, qui convenront et appartiendront pour ce être appelés, pourvoira pour le gouvernement de notre personne, sûrement, convenablement et honnêtement , selon l'exigence de notre état et dignité royale , par telle manière que ce sera l'honneur de Dieu et de nous...
Página 278 - Et le sire de l'lle-Adam répondit : « Sire, la coutume » des François est telle, que si un homme parle à » un autre , de quelque état ou autorité qu'il soit , » la vue baissée, on dit que c'est un mauvais » homme , et qu'il n'est pas prud'homme...

Información bibliográfica