Correspondance inédite du comte dA̓vaux

Front Cover
Nourrit et cie, 1887 - France - 301 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 271 - Silvestre pleinement et paisiblement du contenu au pnt breuet qu'Elle a pour assurance de sa volonté signé de sa main, et fait contresigner par moy Con" en ses Con«l§ Sec™ d'Estat et de ses commandera'9 et finances.
Page 268 - Testât de cette province ou il ne surviendra rien dont vous n'ayez les advis le soin que je dois, je suis, Monseigneur, vostre très humble, très obéissant et très obligé serviteur...
Page 273 - ... le Danois; ou bien s'il espère trouver un ciel plus doux en la Scandie que non pas en France. Rien de tout cela.
Page iv - Écrites sans recherche, et cependant précieuses par la forme, elles offrent un charme particulier par la sincérité et l'élévation des sentiments qui y sont exprimés.
Page xiii - Il traitait M. d'Irval, son cadet, comme un écolier, et M. d'Avaux comme un avocat.
Page 61 - Contrôleur général des Finances, greffier des Ordres du Roi et président à la Chambre des Comptes, mourut de la pierre2, Laffemas fit cette épigramme méchante : Epitaphe du Président de Chevry.
Page 93 - ... de rentes étaient créées sur les cinq grosses fermes et 100,000 sur les gabelles du Lyonnais. Le parlement s'émut, moins pour l'intérêt du public que pour le sien propre, lésé par l'accroissement du nombre des charges. Les chambres des enquêtes, composées des conseillers les plus jeunes et les plus remuants, voulurent revenir sur un enregistrement qui avait été forcé par la présence du roi : malgré les représentations du premier président et de la...
Page 272 - que l'on se pique d'éloquence au pays des Goths, que l'on y » connoit Balzac, et qu'il y treuve (sic) des admirateurs et des • envieux aussi bien qu'en France. Comme l'envie accompagne » toujours la vertu, Pltylarque vous a suivi jusques en Dane...
Page 273 - Estais de son père, à la charge qu'on l'envoyeroit être ministre en quelque village de la Norwege. Elle ne savoit pas que ce grand orateur n'osa jamais parler en public, et cela ne fut pas oublié par notre avocat. Vous me demanderez...

Bibliographic information