Défiance et malice, ou le prêté rendu: comédie en un acte et en vers

Front Cover
Barba, 1814 - 40 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 32 - M'oublie , on le conçoit ; mais s'oublie elle-même , Impossible. CÉPHISE. Monsieur , ce que j'en dis ici Est, je pense , en tout bien tout honneur , dieu merci. Madame a , ce matin , fait venir un notaire , Et je soupçonne... BLINVAL. Quoi ? qu'un fat ait su lui plaire Assez rapidement pour obtenir sitôt... CÉPHISK. On peut vous faire voir..v « ,.. ,.. BLINVAL, avec rage- , ., ,.,., „.,., . „ . Soit , je vous prends au mot. Venez... " •i, •* • : • •i :•'•']i •"'• •...
Page 8 - IV. BLINVAL, CÉPHISE, sous le costume de Catau. CÉPHISE, très-rapidement. AH ! Monsieur , vous voilà ! Madame , qui m'envoie , Vient de donner pour vous ses ordres , et ma joie Est grande , je l'avoue , en saluant Monsieur , De pouvoir l'assurer hardiment que mon cœur Ne fut jamais si prompt à se laisser séduire Par les devoirs charmans qu*on vient de me prescrire.
Page 40 - D'ailleurs, Monsieur, ma famille est bien née, Et puis quand il me plaît de me donner un air, Par exemple d'ôter ce grand tablier vert Qui pare la duègne et déforme une belle , Puis ces manches de prude à six rangs de dentelle , Ces gants qui , d'un beau bras , cachent l'heureux contour...
Page 21 - Vestris de salon : C'est le genre. Bientôt , à la danse savante , Succèdent les chassés , la walse étourdissante. Maint époux que le jeu , malgré lui tient lié , Frémit en observant les bonds de sa moitié : Un œil sur la bouillotte , un autre sur la belle , II s'agite , il s'emporte , il voit qu'elle chancele.
Page 9 - Point du tout. CÉPHISE. Je babille , et je ne songe pas Qu'il faut vous rafraîchir. BLINVAL. • En voyant vos appas , On est... CÉPHISE , lui mettant la main sur la bouche. Suffit, suffit. (Elle sort. ) SCÈNE V.
Page 25 - Pour être tout à vous , et par vous seul heureuse , Je vais congédier cette troupe ennuyeuse. Allez, en attendant... revoir le petit bois ; Je cours vous y rejoindre. Il vous souvient , je crois , Combien ses longs détours et ses routes fleuries Invitent mollement aux douces rêveries. Allez... (Elle le salue de l'air le plus passionné, et sort.
Page 8 - Quel changement ! Mais , oui... soit dépit , soit surprise , Je n'ai pas reconnu , je crois , même ses traits. Ah ! le sentiment seul est l'ame des attraits. 'Allons, j'ai bien jugé de ce sexe volage , Et ma ruse commence à devenir fort sage. Quelle inspiration ! et comme , en ce moment...
Page 6 - Madame... ce Serait pour moi bien du plaisir De consoler Monsieur , de charmer son loisir Par le récit touchant d'un intérêt si tendre , Mais mon maître en ces lieux m'a prescrit de l'attendre. CÉPHISE , comme embarrassée. De l'attendre? BLINVAL. Oui , Madame.
Page 4 - ... cousin , voilà donc vos projets ! * Il vous faut une épreuve , il vous faut des caquets! Eh bien ! vous en aurez : mais la philosophie N'a qu'à se bien tenir lorsqu'elle nous défie. Les femmes , même aux yeux les plus prompts à tout voir N'ont d'autres torts que ceux qu'elles veulent avoir...
Page 23 - Je sais tout ce qu'il vaut : on peut même , Madame , Bailler très-joliment d'un cercle où l'on bâilla , Sans être , croyez-moi , plus sage pour cela. Le monde est plein d'erreurs : à quoi sert de le dire ? Est-on plus vertueux à force de médire? Il est bien plus aisé, chacun le sent très-bien, De critiquer le mal que de faire le bien. La sagesse que j'aime est rarement austère : Elle ne blesse point le cœur; elle l'éclaire.

Bibliographic information