Dantès - tome 4 - Pour solde de tout compte

Front Cover
Dargaud - Comics & Graphic Novels - 46 pages
0 Reviews
Après que son opération chirurgicale a réussi et qu'il a piégé les responsables de sa chute, dont l'énigmatique Saint-Hubert, Dantès commence à comprendre que la partie sera plus difficile que prévue.
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Section 1
1
Section 2
2
Section 3
6
Section 4
7
Section 5
9
Section 6
11
Section 7
14
Section 8
Section 9
Section 10
Section 11

About the author (2013)

Erik Juszezak est né le 13 janvier 1959 à Douala (Cameroun). Il commence sa vie professionnelle dans des studios de création apprenant son métier sur le tas depuis l'exécution jusqu'à l'illustration en passant par la maquette. En 1986, il réalise des illustrations du comics pastiche dans le livre « des Nuls » (éditions Albin Michel) ainsi que des illustrations pour la collection de « livres dont vous êtes le héros », aux éditions Hachette. Son tout premier album de bande dessinée sort en 1988 aux éditions Glénat. Intitulé Les Crocs d'ébène, il reste dans la veine d'une histoire interactive dont le lecteur est le héros. Dès lors, il illustre les livres de la série Indiana Jones Jr, et des Conquérants de l'impossible de Philippe Ebly, chez Hachette. En parallèle, il réalise diverses illustrations publicitaires. En 1995 sort le premier tome de sa série Beaux Rivages, scénarisée par Patrick Cothias, aux éditions Dargaud. Le deuxième tome, intitulé Les Chemins de Valparaiso, sort en 1997. La série est alors interrompue par l'éditeur. Un an plus tard, il commence une toute nouvelle série, Oki, souvenirs d'une jeune fille au pair (6 tomes, éditions Glénat), avec le scénariste Christian Godard. En 2003, il s'essaie au scénario en écrivant Le Méridien des Brumes, un récit complexe dans la lignée steampunk, publié aux éditions Dargaud dont il confie le dessin à Antonio Parras. En 2005, le don de dessinateur réaliste se déploie dans des projets d'envergure. Il participe à la série des éditions Dupuis, Pandora Box, et dessine le cinquième tome, sous la plume du scénariste Alcante. La même année, c'est pour le scénariste Yann qu'il va dessiner le premier tome de Narvalo, une série d'espionnage et d'anticipation, aux éditions Dargaud. Le deuxième tome paraît en 2010. En 2008, il participe à la série Empire USA et dessine le troisième tome de ce thriller apocalyptique passionnant (éditions Dargaud). En 2007 est publié le premier tome de Dantès, polar financier, devançant de quelques mois de par son intrigue, l'affaire Kerviel, scénarisé par Pierre Boisserie et Philippe Guillaume, chef du service financier du quotidien Les Échos. Cette série sur le thème de la machination et de la vengeance dans l'univers impitoyable de la haute finance internationale a vu son septième tome paraître dont l'action se situe en grande partie en Afrique.

Né à Paris en 1964, Pierre Boisserie mettra 35 ans pour arriver à la bande dessinée. Un parcours commencé avec Fripounet et Fripounette, qu'il achète à la sortie de l'église, puis Le Journal de Tintin de la glorieuse époque Greg, jusqu'au coup de tonnerre de 1977, lorsqu'il découvre en colonie de vacances le Numéro 92 de Strange qui traîne sur un lit. Jack Kirby, Gil Kane et Gene Colan lui laissent entrevoir des mondes extraordinaires où peut bouillonner l'imaginaire débordant de ce grand échalas. Sur les conseils avisés de ses excellents parents, c'est pourtant vers la kinésithérapie qu'il va s'orienter, ce qui occupera 15 années de sa vie, ainsi que se marier et faire des enfants (des filles de préférence). C'est au Festival de Buc, dont il est l'un des organisateurs, qu'il rencontre Eric Stalner en 1995. Une improbable sympathie lie d'entrée de jeu ces deux futurs chauves, ce qui aura pour conséquence la naissance de la famille Cazenac en 1999. Après 6 ans passés à développer une agréable schizophrénie en pratiquant ses deux arts en parallèle, ou en série, c'est selon, il abandonne la kinésithérapie l'année de ses 40 ans, pour se consacrer uniquement à l'écriture de BD réalistes et d'aventures. Depuis le tandem Boisserie/Stalner ne cesse de développer de nombreux projets (Voyageur et Flor de Luna, tous deux parus aux éditions Glénat) en plus de leurs propres séries, car le bonheur de travailler ensemble reste intact. Il initie également de nouvelles collaborations avec des dessinateurs plus talentueux les uns que les autres : Frédéric Ploquin (avec qui il crée Le Temps des cités) ou bien Philippe Guillaume (Dantès). Boisserie aura été particulièrement productif en 2009 avec sa série Voyageur (Glénat), dont il fini le deuxième cycle (Présent) avec Marc Bourgne et lance le cycle Passé, avec différents dessinateurs comme Lucien Rollin, Siro, Éric Liberge ou Éric Lambert, en reprenant des thèmes comme le Moyen-Âge, l'Antiquité ou même l'Occupation nazi. En 2010 sort la dernière intégrale de sa série phare lancée avec Stalner, La Croix de Cazenac, chez Dargaud. La même année, Boisserie réalise le quatrième tome de sa série Dantès, BD qui flirte avec le monde de l'économie et des traders, le deuxième tome, Outlaws, de sa série Robin avec Héloret, ainsi que le dernier tome du Temps des cités avec le dessinateur Ploquin, avec qui il collabore également pour le très politique album La Droite ! petites trahisons entre amis (éditions 12bis) puis La Gauche. Il engage une nouvelle collaboration avec Stalner sous la forme d'un tryptique, L'Or sous la neige, l'adaptation du roman de Nicolas Vanier, paru en 2004. Il avait déjà adapté un autre roman de Vanier, Loup, en 2009 aux éditions 12bis. Il travaille également sur la saison 2 de Dantès démarrée en 2013. Avec Philippe Guillaume, il travaille sur un nouveau projet ambitieux, La Banque, à paraître en 2014 avec Julien Maffre et Malo Kerfriden au dessin (Dargaud). Passionné de sport, il proposera avec Georges Abolin (Où le regard ne porte pas) une série qui aura en toile de fond le monde du surf (Paxti Babel). Quand il n'écrit pas, Pierre Boisserie aime regarder ses filles grandir, jouer de la basse, lire des gros livres et boire des mojitos avec ses amis, le tout en musique.

Bibliographic information