Dante: Cartographie de la vie

Front Cover
Editions Kimé, 2001 - Authors, Italian - 290 pages
0 Reviews
La prodigieuse invention dantesque de la langue italienne est sa rencontre avec une langue étrangère, le trajet de l'exilé " s'en allant pérégrinant, presque mendiant, dans presque toutes les contrées où se répand cette langue qui est la nôtre... " (Convivio). La répétition-progression, le rythme brisé d'un style (le prosimetrum de la Vita Nova, la terza rima de la Divine Comédie) entraîne l'œuvre et la biographie hors d'elles-mêmes, défait les figures et les allégories existentielles, politiques, théologales du Moyen Age et en extrait le devenir des personnages et des paysages ; une musique et une peinture dans la langue, à la limite de tout le langage (non-style) que les créateurs déviants, mineurs, de la lignée de Dante nous donnent à voir et à entendre. Duns Scot et Nietzsche (les heccéités, la Roue), Notker le Bègue et Bach (la séquence, la fugue), les bâtisseurs anonymes des cathédrales et Paul Klee (l'abstraction haptique), ou encore Beckett, Ezra Pound, Eliot, Primo Levi et Mandelstam, Pasolini, Glenn Gould, Carmelo Bene, et Deleuze-Guattari. Comment nommer 1'extériorité des linéaments de l'art de Dante qui concerne les anges, les diables et les animaux, autant que la multitude des voix des hommes ? Comment dégager son éthologie des bons rapports qui allège la terre et affirme à l'infini l'immanence d'un être commun de la vie ?

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Section 1
7
Section 2
8
Section 3
9
Copyright

18 other sections not shown

Common terms and phrases

Bibliographic information