Dante et les origines de la langue et de la littérature italiennes, Volume 2

Front Cover
Durand, 1854 - Italian language
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 299 - ... siècle, et semble placer le temps de sa maturité et de sa plus grande vogue sous le règne de Charlemagne. « La langue romane, dit-il, était la langue vulgaire de tous les peuples qui obéissaient à Charlemagne, dans le midi de l'Europe; et l'on sait que sa domination s'étendait sur tout le midi de la France, sur une partie de l'Espagne et sur l'Italie presque entière.
Page 298 - ... germanique ? Mais, laissant là ces considérations épisodiques, je reprends l'exposition des idées de M. Raynouard sur l'histoire des langues romanes, et j'arrive aux points essentiels sur lesquels ses idées lui appartiennent en propre et se détachent nettement de celles de Muratori. Voulant expliquer la manière dont le latin s'altéra par son mélange avec les idiomes germaniques pour produire de nouveaux idiomes , il part d'une supposition qu'il ne développe pas, qu'il n'explique pas,...
Page 293 - Rayuouard et de l'école sur un point capital: en admettant la substitution du latin à l'antique langue gauloise, il nia que la substitution eût été générale et complète. « Le latin devint-il, dans les provinces, la langue du gouvernement, de l'administration, de l'autorité civile et judiciaire? la langue de l'élite de la société, celle de la littérature et du christianisme? Tout cela est hors de doute; mais.... parla-t-on latin partout, dans les montagnes, dans les campagnes, dans les...
Page 156 - Gaule' est divisée en trois parties, dont l'une est habitée par les Belges, l'autre par les Aquitains, la troisième par ceux que nous appelons Gaulois, et qui dans leur langue se nomment Celtes.
Page 294 - ... villes? Non; pour le coup, non.... M. Raynouard procède d'une façon plus expéditive: il parle de l'universalité du latin dans les provinces, d'une manière absolue, sans restriction, sans distinction il n'a pas l'air de soupçonner qu'il pût rester nulle part le moindre vestige des anciennes langues nationales, ni même que le latin eût quelque lutte à soutenir...
Page 299 - Raynouard d'oublier ou d'omettre des faits importants et positifs pour ne pas contrarier des hypothèses aventurées; et c'est ce qu'il a fait ici d'une manière qu'il est difficile de ne pas remarquer. Pour établir l'unité absolue de la langue romane, il lui fallait nécessairement supposer que les...
Page 200 - Il ya, dans ces épitaphes, un caractère propre à toute poésie populaire, mais qui se montre surtout d'une manière prononcée dans celle des Grecs modernes : c'est que des pensées, des vers entiers deviennent, comme les mots eux-mêmes, des éléments du langage poétique; on les voit passer de pièces anciennes et généralement connues, dans des morceaux nouveaux; et lors même que le chantre ne suffit pas à un sujet élevé, ils communiquent à ces morceaux une couleur et une tournure poétiques.
Page 307 - pour s'être imprudemment baigné dans l'Eb're, visitait «les églises de France, d'Italie et d'Allemagne , implorant «sa guérison. Il arriva jusqu'à Fulde dans la Hesse, au « tombeau de sainte Liobe. « Le malade obtint sa guérison ; un prêtre l'interrogea , « et l'Espagnol lui répondit. «Comment purent-ils s'entendre? « C'est, dit l'historien contemporain, que le prêtre, parce « qu'il était Italien , connaissait la langue de l'Espagnol : «Quoniam linguœ eius, eo qiwd esset Italus,...
Page 305 - En ce temps furent en Espagne dix langues, comme sous Auguste et sous Tibère : 1° l'ancienne langue espagnole ; 2° la langue cantabre; 3° la langue grecque; 4° la langue latine; 5° la langue arabe; 6° la langue chaldaïque; 7° la langue hébraïque ; 8° la langue celtibérienne; 9° la langue valencienne; 10° la langue catalane.
Page 318 - ... il s'agit, qu'elle est un accident, une nouveauté, un fait imprévu? Mais quels sont donc, quels peuvent être cet accident, ce fait? Notre auteur a l'air de le savoir, pourquoi ne nous le dit-il pas? Je bornerai ici ces observations; elles suffiront peut-être pour démontrer que ce n'est point à l'époque ni dans les conséquences immédiates des invasions germaniques, qu'il faut chercher l'origine et les principales causes de la formation des langues romanes. J'ai essayé ailleurs de faire...

Bibliographic information