De l'auscultation médiate, ou, Traité du diagnostic des maladies des poumons et du coeur: fondé principalement sur ce nouveau moyen d'exploration, Volume 1

Front Cover
J.-A. Brosson, et J.-S. Chaudé, 1819 - Auscultation - 456 pages
0 Reviews
In De l'Auscultation Médiate René Theophile Laennec (1781-1826) described his invention of the stethoscope, providing the first adequate method for diagnosing diseases of the thorax. This represented the greatest advance in physical diagnosis between Auenbrugger's discovery of percussion and Roentgen's discovery of x-rays. --
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 190 - Laennec exprime la persuasion que • l'opération de l'empyème deviendra beaucoup plus commune et plus souvent utile à mesure que l'usage de l'auscultation médiate se répandra. » Comme vous le voyez, messieurs, l'opinion de Laennec n'est rien moins que décisive ; il enlève d'une main ce qu'il accorde de l'autre. Tandis qu'il promet d'heureux résultats des moyens de diagnostic dont il a doté la science, il s'applique à faire douter du succès ; il ne cite que des cas...
Page 91 - Lacnnec a désigné sous le nom de tintement métallique un phénomène singulier qui consiste en un bruit parfaitement semblable à celui que rend une coupe de métal, de verre ou de porcelaine que l'on frappe légèrement avec une épingle ou dans laquelle on laisse tomber un grain de sable.
Page 9 - est une infiltration de sérosité dans le tissu pulmonaire portée à un degré tel, qu'elle diminue notablement sa perméabilité à l'air
Page 219 - L'isochronisme ne permet pas de méconnaître que le phénomène est dû à la contraction des ventricules. Immédiatement après et sans aucun intervalle , un bruit plus éclatant et analogue à celui d'une soupape qui se relève , d'un fouet , ou d'un chien qui lape , annonce la contraction des oreillettes.
Page 374 - ... d'aucun trouble dans la respiration ou la circulation, et qui n'en avaient présenté aucun signe dans leur maladie mortelle, quoiqu'il y eût adhérence intime et totale des poumons ou du cœur ; et, pour ce qui regarde ce dernier organe en...
Page 434 - H est peu de maladies aussi insidieuses que l'anévrysme de l'aorte ; on ne le reconnaît que lorsqu'il se prononce à l'extérieur ; on peut à peine le soupçonner lorsqu'il comprime quelque organe essentiel et en gêne les fonctions d'une manière grave ; et lorsqu'il ne produit ni l'un ni l'autre de ces effets , souvent le premier indice de son existence est une mort aussi subite que celle qui est donnée par un coup de feu.
Page 328 - ... trouva, chez un vieillard mort d'une maladie aiguë, et qui n'avait jamais éprouvé ni palpitations, ni lipothymies, ni inégalités du pouls, un kyste de la grosseur d'une petite cerise, implanté à moitié dans les parois du ventricule gauche, et faisant saillie à sa surface. Ce kyste, incisé, laissa échapper « une petite » membrane contenant de la mucosité blanche, et dans laquelle (1) Revue médicale, mai, 1824.
Page 92 - Le tintement métallique dépend toujours de la résonnance de l'air agité par la respiration, la toux ou la voix, à la surface d'un liquide qui partage avec lui la capacité d'une cavité contre nature formée dans la poitrine.
Page 204 - L'étendue des battemens du cœur est en raison directe de la faiblesse et du peu d'épaisseur de ses parois, et en raison inverse de leur force et de leur épaisseur.
Page 117 - Vous connaîtrez par là que la poitrine contient de l'eau et non du pus ; et si en appliquant l'oreille pendant un certain temps sur les côtés, vous entendez un bruit semblable au frémissement du vinaigre bouillant.

Bibliographic information