De la démocratie chez les prédicateurs de la Ligue

Front Cover
Durand, 1866 - Clergy - 393 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 9 - Jamais on n'aperçut mieux à quel point le catholicisme empreint dans les âmes le sentiment de la liberté , sans néanmoins altérer le principe nécessaire de la soumission au pouvoir légitime, qu'à l'époque trop peu connue de la Ligue, l'une des plus belles de notre histoire.
Page 371 - Espagnols que desdits estats par eux apostez, et si par divers discours et harangues qu'ils firent faire aux uns et aux autres, selon leurs humeurs, caprices et intelligences, en telle sorte qu'il se peut dire qu'ils n'ont rien oublié de ce qui se peut dire pour servir de perfection à cette satyre, qui bien entendue sera grandement estimée par la...
Page 298 - Tant que ceste bonne, droite et noble compagnie a « eu auctorité, on a veu la religion florir , les villes de « l'Union en toute seureté, les traistres escartés et pu« nis; toutes choses aller par compas et raison.
Page 124 - Bref, c'est un Turc par la teste , un Allemand par le corps, une harpie par les mains, un Anglais par la jarretière , un Polonais par les pieds et un vrai diable en l'âme...
Page 194 - M crud se faisoit faire place avec une espée à deux mains, et une hache d'armes à sa ceinture, son bréviaire pendu par derrière, et le faisoit bon veoir sur un pied faisant le moulinet devant les dames. A la queue, il y avoit trois minimes, tous d'une parure, sçavoir 2...
Page 76 - ... l'arc-boutant ; et oyez à présent de quel quartier vient la voix et instruction de l'une et de l'autre ; et si les armes bruyent moins pour cette cause que pour cette là.
Page 120 - Saint-Barthélémy, exigea de tous ses auditeurs le serment d'employer jusqu'au dernier denier de leur bourse et jusqu'à la dernière goutte de leur sang pour venger les nouveaux martyrs.
Page 50 - Mais si ceux qui par la volonté de Dieu vivent sous des princes et sont leurs sujets naturels, transfèrent cela à eux , pour être tentés de faire quelque révolte ou changemens, ce sera non seulement une folle cogitation et inutile , mais aussi méchante et pernicieuse.
Page 134 - un prince bien disant, d'agréable conversation avec les siens, amateur des lettres, libéral par delà tous les rois, courageux en jeunesse et lors désiré de tous ; en vieillesse, aimé de peu, qui avoit de grandes parties de Roi, souhaité pour l'estre avant qu'il le fust, et digne du royaume, s'il n'eust...
Page 26 - Gerson, de ce que le roi et la bonne bourgeoisie ont été en servitude par l'outrageuse entreprise de gens de petit état.... Dieu l'a permis afin que nous connussions la différence qui est entre la domination royale et celle d'aucuns populaires; car la royale a communément et doit avoir douceur; celle du vilain est domination tyrannique, et qui se détruit elle-même.

Bibliographic information