De la monarchie prussienne, sous Frédéric le Grand: avec un appendice contenant des recherches sur la situation actuelle des principales contrées de l'Allemagne, Volume 3

Front Cover
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 430 - ... qui appartient le plus véritablement à M. de Mirabeau ; c'est là qu'on reconnaît le mieux l'empreinte particulière de son génie, la hardiesse de ses idées, la véhémence et la rapidité de son style. On en jugera par les morceaux suivans : " Puisque nous ne raisonnons ici qu'en politiques et en philosophes uniquement animés des lumières naturelles, nous oserons dire que s'il est une religion dont la tendance soit infiniment dangereuse pour l'humanité, pour les souverains, pour un souverain...
Page 477 - ... que la seule crainte du zèle luthérien de son peuple l'empêche encore de manifester. Voyez en Allemagne tant de princes, ivres de l'espoir et de l'attente de moyens surnaturels de puissance, évoquer les esprits, explorer l'avenir et tous ses secrets, tenter de découvrir la médecine universelle, de faire le grand œuvre, et, pour étancher leur soif insatiable de domination et de trésors, ramper à la voix de leurs thaumaturges que dirige un sceptre inconnu. Voyez des ministres protestants,...
Page 474 - Socrate ! toi qui voulus enseigner aux hommes la raison et la vertu, malgré le gouvernement d'Athènes et ses défenses , tu fus un mauvais citoyen , peut-être ! Mais où est le vil mortel qui voulût prononcer ta condamnation ? où est l'homme digne d'estime qui ne se crût pas honoré d'essayer ce que tu tentas , de vivre et de mourir à ta place ? ... Celui qui laisse l'ordre social comme il est, n'est peut-être pas coupable; il ne l'est pas s'il a son excuse dans la foiblesse de ses talens,...
Page 645 - ... les moyens de devenir utiles en devenant meilleurs. Oui , monsieur , en accordant au chrétien ce retour de tendresse , que vous voudriez voir renaître , le juif embrassera en vous son concitoyen, son frère et son ami.
Page 475 - ... de mourir à ta place ? ... Celui qui laisse l'ordre social comme il est, n'est peut-être pas coupable; il ne l'est pas s'il a son excuse dans la foiblesse de ses talens, ou dans la sincérité de sa modestie : mais celui qui travaille à améliorer son siècle , et sur-tout sa nation , celui-là mérite seul le nom de vertueux. Quelquefois sans doute , pour le succès même de ses pieux desseins , il devra préférer à l'honneur de s'exposer à boire la ciguë , la prudence obscure de mettre...
Page 215 - ... et du système maritime, investi de toutes les entraves et de toutes les chausse-trapes de la politique; à montrer la possibilité, j'ai presque dit la facilité d'asseoir sur l'éternelle et inébranlable base de l'intérêt commun l'alliance de deux pays qui doivent et peuvent commander la paix au monde ou qui ne cesseront jamais de l'ensanglanter en se déchirant.
Page 217 - D'après elles, vous n'avez plus qu'à supputer combien vous coûte nécessairement le jeu le plus égal, combien vous avez perdu d'avance à la loterie la plus favorable, combien vos espérances vous en imposent, votre cupidité vous abuse, vos coutumes vous nuisent, etc., et cela sans géométrie et sans algèbre. Dans le calcul, la bonté du résultat dépend de la bonté de la méthode, de la justesse de l'application.
Page 216 - ... aux soins paternels et vigilants de la France et de l'Angleterre la paix et la liberté des deux mondes... Sans doute, elle paraît romanesque, cette idée; mais est-ce notre faute à nous si tout ce qui est simple est devenu romanesque ? Sans doute, elle paraît un chapitre de Gulliver aux vues courtes ; mais n'est-ce donc pas la distance plus ou moins reculée du possible qui distingue les hommes?... Je ne veux que vous encourager à montrer la...
Page 215 - Cependant, où marchons-nous, monsieur le duc? à recueillir les fruits amers d'une méfiance universelle, et à tomber dans les dernières syncopes de l'épuisement en voulant forcer la nature des choses qui ne permet pas que la même puissance ait les deux sceptres, qui nécessite la prodigalité de capitaux immenses et toujours renaissants pour créer et soutenir une puissance de mer, prodigalité incompatible avec l'incalculable...
Page 477 - Paraguai ; que cette société, entièrement indifférente dans ses moyens , profonde dans ses ruses , inaltérable dans sa patience , infatigable dans sa persévérance, a fait à une époque si voisine de la catastrophe» qui sembloit l'avoir anéantie, des progrès remarquables, on frémit à l'idée des associations secrètes. Voyez comment, chassée au Sud de l'Europe , la redoutable société dont nous parlons prend racine au Nord , d'où elle sembloit entièrement bannie...

Bibliographic information