De la monarchie prussienne, sous Frédéric le Grand: avec un appendice contenant des recherches sur la situation actuelle des principales contrées de l'Allemagne, Volume 2

Front Cover
1788 - Finance
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 15 - La fabrique réunie enrichira prodigieusement un ou deux entrepreneurs , mais les ouvriers ne seront que des journaliers plus ou moins payés, et ne participeront en rien au bien de l'entreprise: Dans la fabrique séparée, au contraire, personne ne deviendra riche, mais beaucoup d'ouvriers seront à leur aise ; les économes et les industrieux pourront amasser un petit capital, se ménager quelque ressource pour la naissance d'un enfant, pour une maladie, pour eux-mêmes ou pour quelqu'un des leurs....
Page 16 - Un ouvrier qui travaille où il loge a mille avantages sur celui qui travaille au dehors. Le premier est au sein de sa famille : il peut la tenir en ordre, s'en faire aider, instruire ses enfants dans son métier insensiblement et sans peine. Sa femme ne gaspille pas par paresse, par ennui, par libertinage, ce qu'il a gagné! Est-il indisposé? Il ne peut pas sortir, sa journée est perdue, s'il travaille au dehors ; elle ne l'est pas quand il a son atelier chez lui ; il aura de bons...
Page 145 - Toutes ces causes le minent insensiblement, et il se trouveroit hors d'état de payer les impôts directs à l'échéance, sans la filerie; elle lui offre une ressource, en occupant utilement sa femme, ses enfans, ses servantes, ses valets, et lui-même: mais quelle pénible vie, même aidée de secours!
Page 145 - ... il faut y apporter la plus grande assiduité. Aussi le paysan se couche-t-il en hiver à minuit, une heure, et se lève à cinq ou six; ou bien il se couche à neuf, et se lève à deux, et cela tous les jours de sa vie, si ce n'est le dimanche. Ces excès de veille et de travail usent la nature humaine, et dé-là vient qu'hommes et femmes vieillissent beaucoup plus tôt dans les campagnes que dans les villes.
Page 144 - ... et pour comble de ruine, il n'ose pas vendre ses productions où et comme il le veut; il n'ose pas acheter ce dont il a besoin aux marchands qui pourraient le lui livrer au meilleur prix. Toutes ces causes le...
Page 330 - Il paraît que l'auteur a travaillé sur d'excellens matériaux. Le sixième livre n'offre que des aperçus sur l'état des revenus et des dépenses. M. de Mirabeau nous avertit lui-même, dès le commencement de ce livre , qu'il sera impossible de donner un calcul parfaitement exact, ni de la somme des revenus du roi de Prusse , ni de celle de ses dépenses. « C'étaient, dit-il, autant d'objets couverts d'un profond nvystère sous l'administration de Frédéric II; il faudra donc que, sur plusieurs...
Page 145 - ... reparer ses forces par un plus grand repos; mais il manquera de grains pour le pain et les semailles, s'il se defait des denrees qu'il faudrait vendre pour payer les impots.
Page 169 - ... diriger, se charge de toutes les fautes et se rend comptable de toutes les erreurs. « Les gouvernemens ont deux grandes affaires très-capables d'occuper toute leur attention, a dit un publiciste célèbre; celle de maintenir l'ordre et la justice parmi les citoyens et celle de défendre TÉtat. » A ces deux vastes occupations est subordonné, comme moyen , le recouvrement des deniers qu'elles exigent, et la dispensation de ces deniers; tout le reste est étranger à l'administration, et doit...
Page 14 - On ne fait attention qu'aux grandes manufactures, où des centaines d'hommes travaillent sous un directeur , et que l'on nomme communément manufactures réunies. Celles où un très-grand nombre d'ouvriers travaillent chacun séparément, et chacun pour son propre compte, sont à peine considérées; on les met à une distance infinie des autres. C'est une très-grande erreur, car les dernières font seules un objet de prospérité nationale vraiment importante...
Page 144 - Malheureusement pour l'espèce humaine ce n'est qu'une ressource contre la misère et non un moyen de bienêtre. Les impôts directs, les corvées, les servitudes de tous genres écrasent le cultivateur allemand qui paie encore des impôts indirects dans tout ce qu'il achète...

Bibliographic information