De la souveraineté, Volume 2

Front Cover
Librairie de Firmin Didot frères, 1858 - Sovereignty
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 284 - De la religion considérée dans ses rapports avec l'ordre politique et civil...
Page 333 - ... un je ne sais quoi qui n'a de nom dans aucune langue, de même que la voix du sang.
Page 77 - Tant qu'il y aura des hommes qui n'obéiront pas à leur raison seule, qui recevront leurs opinions dune opinion étrangère , en vain toutes les chaînes auraient été brisées , en vain ces opinions de commande seraient d'utiles vérités...
Page 174 - Il existe un droit universel et immuable, » source de toutes les lois positives : il n'est que la » raison naturelle , en tant qu'elle gouverne tous les
Page 4 - On lui doit en grande partie cette espèce de philosophie pratique qui, réduisant l'égoïsme en système, regarde la société humaine comme une guerre de ruse, le succès comme la règle du juste et de l'injuste, la probité comme une affaire de goût ou de bienséance, le monde comme le patrimoine des fripons adroits.
Page 126 - ... constitution qui nous tire d'un état de choses si déplorable , et de proportionner notre émulation et nos efforts aux difficultés de cette entreprise sublime sans doute , mais simple, et qui ne demande que le concours des lumières et de la suite dans les volontés? car c'est aux...
Page 612 - THE UNIVERSITY OF MICHIGAN GRADUATE LIBRARY DATE DUE BOOK CARD DO NOT REMOVE A Charge will be...
Page 515 - Nul de nous n'est hors de lui. — Mais aucun de nous n'est lui. — Chacun de nous vit de sa vie, — et tous nous communions en lui ; car il est TOUT CE QUI EST* ». Nul de nous n'est hors de lui!
Page 149 - C'est la tyrannie qu'il faut extirper ; ce n'est pas dans les querelles de leurs maîtres que les peuples doivent chercher l'avantage de respirer quelques instants ; c'est dans leur propre force qu'il faut placer la garantie de leurs droits.
Page 8 - Je crois que nous ne nous entendons pas sur l'article du peuple, que vous croyez digne d'être instruit. J'entends par peuple la populace, qui n'a que ses bras pour vivre. Je doute que cet ordre de citoyens ait jamais le temps ni la capacité de s'instruire; ils mourraient de faim avant de devenir philosophes.

Bibliographic information