De quelques jeux populaires dans l'ancienne France, à propos d'une ordonnance de Charles V.

Front Cover
Firmin-Didot et cie., 1889 - 24 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 4 - En même temps, il avait enjoint à ses sujets de s'exercer au tir de l'arc et de l'arbalète, de choisir des emplacements convenables pour ces exercices, de décerner des prix aux plus habiles, de donner à ces concours le caractère de véritables fêtes et de les entourer de tout l'attrait possible. Six semaines environ après la promulgation de cette ordonnance, le...
Page 15 - Au soir, sur les onze heures, j'envoyai François Doisnard chez mon cousin de Brillevast et chez le capitaine du Teil porter des lettres afin qu'ils nous amenassent de l'aide pour la choule de Saint-Maur à demain.
Page 8 - ... très bonne. Item, en cel an , ou pou devant , vint à Paris une femme nommée Margot, assez jeune, comme de vingt-huit à trente ans , qui estoit du pays de Hénault, laquelle jouoit le mieux à la palme que oncques homme eust vu ; et avec ce jouoit devant main derrière main très puissamment , très malicieusement , très habillement , comme...
Page 17 - Avant la Révolution, le jour du mardi gras, l'évêque d'Avranches et ses chanoines, armés chacun d'une crosse et suivis du bas clergé et des enfants de chœur, se rendaient en troupe sur la grève la plus voisine de la ville, près du...
Page 8 - En 1^27, vint à Paris une femme nommée Margot, assez jeune, comme de vingt-huit à trente ans, qui était du pays de Hainaut, laquelle jouait à la paume le mieux que oncques on eût vu, et avec ce jouait devant main (d'avant-main ou de la paume), derrière main (d'arrière-main) très puissamment, très malicieusement, très habilement, comme pouvait faire homme; et peu venait d'hommes à qui elle ne gagnât, si ce n'était les plus puissants joueurs.
Page 15 - Gouberville) et plusieurs autres. Nous y arrivâmes comme on disait la messe, laquelle dite, maître Robert Potet jeta la pelotte...
Page 8 - S'il ne montait à cheval, nous dit Brantôme de Henri II, il jouait à la paume, et très bien; jamais il ne voulait tenir le jeu, mais secondait ou tierçait, qui sont les deux places les plus difficultueuses et dangereuses; aussi était-il le meilleur second ou tiers (mais meilleur tiers) de son royaume. . . S'il ne jouait à la paume, il jouait à la balle à emporter ou au ballon, ou au palle-maille. qu'il avait fort bien en main, car il était fort et adroit et en faisait de très belles et...
Page 2 - II est défendu, sous peine de mort, par tout le royaume d'Angleterre, de se divertir à un autre jeu que celui de l'arc à main et des flèches, et il est fait remise de leurs dettes à tous les ouvriers qui fabriquent des arcs et des flèches.
Page 16 - ... et xve siècles, où le jeu consistait, comme l'indique du reste l'étymologie, à pousser avec le pied la boule ou l'éteuf, ce que nous appelons aujourd'hui le ballon ou la balle. C'est le «foot bail...
Page 18 - ... crosse et suivis du bas clergé et des enfants de chœur, se rendaient en troupe sur la grève la plus voisine de la ville, près du pont Gilbert; et là ils jouaient une partie de «horet...

Bibliographic information