Dictionnaire héraldique de Bretagne

Couverture
Chez L. Prud'homme, 1855
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page xiii - Jusqu'à la fin du \u° siècle, tous ces écus sont uniformes; mais à dater de l'invention des armoiries et de leur transmission héréditaire, le bouclier de la figure équestre marquée sur les sceaux , reçut l'empreinte des pièces héraldiques adoptées par les Princes et les seigneurs. Toutefois , ces derniers ne commencèrent pas aussitôt que les Princes à avoir des sceaux différents des anneaux ; mais bientôt les comtes, vicomtes, barons et chevaliers bannerets prirent les uns et les...
Page xii - L'usage des sceaux est bien antérieur à celui des armoiries, puisque tous les Empereurs Romains avaient des sceaux . et qu'à leur imitation , les Mérovingiens , puis les Carlovingiens , qui régnèrent sur les Gaules, eurent aussi des sceaux. C'est ce que nous apprennent les Irai ifs de Diplomatique de D.
Page xii - Bretons eurent des sceaux aussi bien que les Rois Francs. Cependant, dans une lettre du Pape Adrien à Salomon III . ce Pape se plaint de ce que Salomon n'avait point scellé les lettres qu'il lui avait adressées. D'où il faut couclure que , si l'usage des sceaux subsistait en Bretagne au u« siècle, il n'était point géuéral ; on n'y connaît aucun sceau de cette époque.
Page x - Braine . c'est-à-dire un échiqwté d'or et d'azur, que Pierre, comme juveigneur du comte de Dreux, brisait d'une bordure de gueules, et il ajouta à ses armes de famille un franc quartier d'hermines ou de Bretagne , à partir de son mariage en 1213 avec Alix de Bretagne , héritière du duché. Ces dernières armes, avec leurs émaux , se voient encore sur un vitrail du xin* siècle dans le chœur de la cathédrale de Chartres. Nous avons dit que la transmission héréditaire des mêmes armes n'était...
Page xiv - ... ces familles sont issues en ramage ou juveigneune. Mais le but principal que nous nous sommes proposé dans notre travail , est de servir d'appendice essentiel , au point de vue archéologique, à tous les nobiliaires et armoriaux de la province. En effet , ces derniers ouvrages , disposés par ordre alphabétique des noms de famille , sont fort faciles à consulter au point de vue nobiliaire , puisque la famille étant donnée , il ne s'agit que de trouver ses armes et ses illustrations. Mais...
Page xvi - Ion nous objectait que plusieurs familles d'origine différente ont, par exception , des armes identiques , et qu'ainsi l'attribution à l'une d'elles en particulier d'un écublasonné, peut être litigieuse entre plusieurs autres , nous répondrions qu'en recherchant l'article de ces mêmes familles dans le Nobiliaire de Bretagne, qui donne à la fois les noms...
Page xvi - ... ou de simples vougiers appelés, comme possesseurs de fiefs, chacun selon sa puissance, au service du ban et arrière-ban. Ce sont ces braves gentilshommes, toujours jaloux d'acquitter l'impôt du sang , qui ont élevé dans nos campagnes, au retour de leurs expéditions, tant de manoirs, de chaIHTRODUCTIOH.
Page xv - ... communautés ils sont la dépouille. Comment arriver à cette connaissance? Par l'attribution à chaque famille des armoiries sculptées, peintes, émaillées ou gravées qu'on a devant soi. Mais , en ouvrant un nobiliaire , rien ne pourra servir de guide dans cette laborieuse investigation , et on pourrait lire un volume tout entier, sans trouver souvent la solution désirée. Dans le Dictionnaire Héraldique, où les armoiries sont groupées par genre de figures, l'espace où les recherches...
Page xi - Eudes reparait accosté de deux fleurs de lys . par concession du roi Charles V, et est ensuite sommé d'un épervier dans plusieurs branches collatérales de la même famille. Nous pourrions multiplier nos preuves à l'infini; mais nous croyons en avoir assez dit...
Page xiii - ¿cartelés , que les veuves entouraient d'une cordelière. Les sceaux des juridictions ducales étaient semés d'hermines; ceux des communautés civiles ou religieuses ont beaucoup varié. Pour les premières , ce sont ou des figures qui font allusion à l'étymologie du nom de la ville , ou à sa situation politique et commerciale (comme le navire des villes maritimes, les tours des villes fortes, etc.), ou bien encore les armes des Princes auxquels elles obéissaient. Les abbayes et chapitres...

Informations bibliographiques