Dom Pedro II, empereur du Brésil

Front Cover
Firmin-Didot, 1889 - History - 451 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 21 - ... le démoraliser. Les Brésiliens ont noblement secoué le joug du système colonial ; mais , sans y songer peut-être , ils sont toujours, il faut le dire, sous sa triste influence, comme l'esclave qui a brisé ses chaînes en laisse voir les traces bien long-temps encore sur ses membres meurtris. L'union américaine, et surtout l'esprit qui anime les Américains, tendent à rendre chaque jour plus compacte la société qu'a formée ce peuple, ou du moins celle qui se forme dans chaque province....
Page 80 - Quant à ces derniers, ils repoussèrent d'abord la coopération du Brésil. Ils pensèrent qu'il était plus prudent de ne pas engager cet empire dans une lutte avec ses voisins, d'éviter ainsi pour l'avenir de nouveaux motifs de rivalité entre la cour de Rio-Janeiro et les républiques belligérantes ; ils jugèrent que l'intervention, ou pour mieux dire la médiation armée, à laquelle ils s'étaient arrêtés, offrirait aux parties intéressées plus de gages de sincérité et d'impartialité...
Page 20 - ... inspirer quelque confiance ; il saura distinguer les gens de bien , et surtout il repoussera loin de lui ces camarillas ignobles, qui trop souvent ont terni la gloire des rois de la Péninsule , et causé le malheur de leurs peuples. Quant au Brésil , ses destinées reposent aujourd'hui sur la tète d'un enfant. C'est un enfant qui unit encore les provinces de ce vaste empire ; et son existence seule oppose une barrière aux ambitieux qui surgissent de toutes parts avec une égale médiocrité...
Page 71 - II accepta l'exil, il aima les souffrances ; Intrépide, il voulut toutes les délivrances ; II servit tous les droits par toutes les vertus ; Car l'idée est un glaive et l'âme est une force, Et la plume de Wilberforce Sort du même fourreau que le fer de Brutus.
Page 248 - ... esclaves eux-mêmes dont les intérêts sont en cause. — A chacun de ceux-ci, aussi bien à ceux qui sont déjà libres qu'à ceux qui vont le devenir, Nous signalons avec un zèle pastoral et un cœur paternel quelques salutaires enseignements, choisis dans les oracles du grand Apôtre des nations. Qu'ils gardent religieusement un souvenir et un sentiment de reconnaissance, et qu'ils s'efforcent de le professer avec soin, envers ceux à l'œuvre et aux desseins 'desquels ils doivent d'avoir...
Page 272 - Vous avez — telle est la phrase lapidaire du grand poète, et je la répète avec orgueil et émotion — vous avez le double avantage d'une terre vierge et d'une race antique.
Page 249 - ... remplissent assidûment, non pas tant par crainte que par esprit de religion, le devoir de respecter et d'honorer la majesté des princes, d'obéir aux magistrats, d'observer les lois ; qu'ils s'abstiennent d'envier les richesses et la supériorité d'autrui, car on ne saurait assez regretter qu'un grand nombre parmi les plus pauvres se laissent dominer par cette envie, qui est la source de beaucoup d'œuvres d'iniquité contraires à la sécurité et à la paix de l'ordre établi. Contents plutôt...
Page 298 - II suit de nos principes que cette justice inflexible, à laquelle les rois et les nations sont assujettis comme les citoyens, exige la destruction de l'esclavage. Nous avons montré que cette destruction ne nuirait ni au commerce, ni à la richesse de chaque nation, puisqu'il n'en résulterait aucune diminution dans la culture. Nous avons montré que le maître n'avait aucun droit sur son esclave; que l'action de le retenir en servitude n'est pas la jouissance d'une propriété, mais un crime; qu'en...
Page 81 - ... est fâcheux cependant qu'ils aient prévalu, car, en les adoptant, les puissances médiatrices se retirèrent leur auxiliaire le plus immédiat, le plus économique, et partant le plus puissant, le concours des troupes de terre que leur offrait le Brésil. Elles se réduisirent ainsi elles-mêmes à l'emploi de leurs forces navales, et au futur contingent fort incertain, et dès lors fort inefficace, des troupes de débarquement venues d'Europe. Aussi, parmi beaucoup d'autres, le général San-Martin,...
Page 5 - France ; and that his royal highness and family, accompanied by most of his ships of war, and by a multitude of his faithful subjects and adherents, have this day departed from Lisbon, and are now on their way to the Brazils, under the escort of a British fleet.

Bibliographic information