Eloges des académiciens morts depuis 1699 jusqu'en 1717

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 502 - Il est vrai qu'il n'ya que ce morceau qui soit de génie, et que le reste n'est que de travail et d'érudition; mais on doit être fort obligé à un homme tel que lui, quand il veut bien, pour l'utilité publique, faire quelque chose qui ne soit pas de génie.
Page 324 - Il ya dans certaines mines très profondes des malheureux qui y sont nés et qui y mourront, sans avoir jamais vu le soleil. Telle est à peu près la condition de ceux qui ignorent la nature, l'ordre, le cours de ces grands globes qui roulent sur leurs...
Page 14 - Si nous voulons opposer curiosité à curiosité, nous trouverons qu'au lieu de ce mouvement qui agite les nations, qui fait naître et qui renverse des États, la physique considère ce grand et universel mouvement qui a arrangé toute la nature, qui a suspendu les corps célestes en différentes sphères, qui allume et qui éteint des étoiles, et qui, en suivant toujours des lois invariables, diversifie à l'infini les effets.
Page 178 - Jamais les traits de la fimple Nature n'ont été mieux marqués qu'en lui, ni plus exempts de tout mélange étranger. Un fens droit & étendu , qui s'attachoit au vrai par une efpèce de fympathie , & fentoit le faux fans le difcuter , lui épargnoit les longs circuits par où les autres marchent ; & d'ailleurs fa vertu étoit en quelque forte un inftinct heureux , fi prompt qu'il prévenoit fa raifon.
Page 184 - Arts fuffiroient feulspour rendre un Règne glorieux, qu'ils étendent la Langue d'une Nation peut-être plus que des Conquêtes , qu'ils lui donnent l'Empire de l'Efprit & de l'Induftrie , également...
Page 178 - ... de trop des bienfaits du roi. Il en a été comblé pendant tout le cours d'une longue vie, et il a eu la gloire de ne laisser en mourant qu'une fortune médiocre. Il était passionnément attaché au roi, sujet plein d'une fidélité ardente et zélée, et nullement courtisan; il aurait infiniment mieux aimé servir que plaire.
Page 21 - Pour cet amas de matériaux , il n'ya que des compagnies protégées par le prince , qui puissent réussir à le faire et à le préparer. Ni les lumières , ni les soins , ni la vie , ni les facultés d'un particulier n'y suffiraient. Il faut un trop grand nombre d.'expériences , il en faut de trop d'espèces différentes , il faut trop répéter les mêmes , il les faut varier de trop de manières , il faut les suivre trop long-temps avec un même esprit.
Page 73 - Une reconnoiflance ingenieufe & difficile à contenter, n'a pu rien imaginer de plus nouveau & de plus noble qu'un pareil Monument.
Page 178 - ... superficielle dont le monde se contente, et qui couvre souvent tant de barbarie ; mais sa bonté, son humanité, sa libéralité lui composaient une autre politesse plus rare, qui était toute dans son cœur.
Page 75 - Il avait cette innocence et cette simplicité de mœurs que l'on conserve ordinairement , quand on a moins de commerce avec les hommes qu'avec les livres, et il n'avait point cette rudesse et une certaine fierté sauvage que donne assez souvent le commerce des livres sans celui des hommes.

Bibliographic information